Burkina: des salariés de médias publics dénoncent leurs conditions de travail

Siège et studios de la Radio télévision du Burkina Faso à Ouagadougou.
© Wikimedia

Au Burkina Faso, les travailleurs de médias publics ont décidé d’observer un sit-in ce jeudi 1er septembre, entre 8h et 14h, devant le ministère de la Communication. Ils estiment que leurs revendications pour améliorer leurs conditions de travail ne sont pas prises au sérieux par le gouvernement.

Les autorités ont certes proposé plusieurs rencontres de négociations, « mais à ce jour, ce qui a été arrêté, c'est le changement de statut de ces organes d'Etat, pour qu'ils deviennent des sociétés d'Etat », explique Sidiké Dramé, secrétaire général du syndicat autonome des travailleurs de l’information et de la culture.

« Le gouvernement a trouvé que la constitution d'une société d'Etat pourrait permettre d'être mieux équipé et le travail devrait être mieux traité sur le plan salarial et indemnitaire », ajoute-t-il.

Pas de mise en oeuvre

Problème, depuis la transition, « il n'y a aucun début de mise en oeuvre », dénonce-t-il. D'où ce sit-in organisé devant le ministère de la Communication. En l'absence d'avancée, les manifestants promettent d'organiser une grève générale.

Face à ce mouvement de contestation, le gouvernement a proposé un délai de six mois. Une proposition rejetée par les manifestants qui espèrent faire pression sur les autorités pour que « des solutions plus concrètes » soient proposées et dans un délai assez court.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.