Gabon: la société civile africaine s'émeut de la crise post-présidentielle

Le reflet du drapeau gabonais sur la vitre d'un taxi, dans les rues désertes de Libreville, le 29 août 2016, après le scrutin présidentiel au Gabon.
© MARCO LONGARI / AFP

La lutte entre le camp de Jean Ping et celui d'Ali Bongo Ondimba dépasse les simples frontières du Gabon. Sans prendre position pour aucun de deux candidats, le collectif « Sauvons le Togo », par exemple, qui regroupe des associations de la société civile, déplore le ridicule dont se couvre le Gabon avec cette crise électorale. Zeus Ajavon, coordinateur et porte-parole du collectif, se dit « en colère et triste » face à ces événements. Pour lui, c'est comme si l'Afrique entière se montrait incapable d'organiser une élection sereine.

Encore une fois, l'Afrique s'offre en spectacle au monde entier.

Zeus Ajavon, porte-parole du collectif «Sauvons le Togo»
04-09-2016 - Par RFI

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.