Burkina Faso: tous les anciens ministres de Compaoré convoqués à la gendarmerie

L'ex-président déchu du Burkina Faso, Blaise Compaoré, au milieu de ses ministres qu'il vient de nommer le 4 janvier 2013
© AHMED OUOBA / AFP

Tous les anciens ministres du dernier gouvernement de Blaise Compaoré, du moins, ceux qui résident encore au Burkina Faso, sont priés de se présenter ce mardi dans les locaux de la gendarmerie nationale. Depuis leur mise en accusation en juillet 2015 par les députés sous la transition, ils seront entendus dans le cadre de l'enquête sur l'insurrection populaire qui a fait une trentaine de morts et de nombreux blessés

Des convocations leur ont été adressées en exécution d'une commission rogatoire de la Haute Cour de justice qui enquête sur les victimes de l'insurrection populaire. Tous ces dignitaires du régime de Blaise Compaoré seront entendus sur leur rôle dans le projet de modification de la Constitution en 2014.

Sous la transition, les députés avaient accusé l'ancien président et son gouvernement de s'être entêtés à mettre en œuvre sa volonté de modifier la Constitution. Les députés du parlement intérimaire avaient notamment adopté une résolution mettant en accusation l'ex-président burkinabè devant la Haute Cour de justice pour, « haute trahison et attentat à la Constitution ». Tous les membres du gouvernement avaient été également été mis en accusation devant la Haute Cour pour des faits de « coups et blessures volontaires, complicité de coups et blessures, assassinats et complicité d'assassinat. »

Les députés du parlement intérimaire les accusaient d'avoir été « membres du gouvernement » qui, en conseil des ministres, a adopté le projet de loi pour modifier l'article 37 de la Constitution. Ce projet a engendré la révolte populaire ayant causé une trentaine de morts et la chute de Blaise Compaoré le 31 octobre 2014.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.