Republier
Niger

Niger: opération déguerpissement dans le centre de la capitale Niamey

Un carrefour, dans le centre-ville de Niamey, la capitale du Niger, le 11 mars 2016.
© ISSOUF SANOGO / AFP

Au Niger, les autorités ont entamé depuis quelques jours une opération de déguerpissement de tous les commerces anarchiques qui occupent les espaces publics aux alentours des écoles, des centres de santé et de certaines administrations. Cette opération n’est pas du goût des commerçants appelés à dégager, surtout que cela intervient à l'approche de la fête de la Tabaski où ces revendeurs réalisent une bonne part de leur chiffre d’affaires.

Aux alentours de l’office du tourisme, les engins de la mairie sont passés à l’action ce week-end. Toutes les boutiques ont été démolies. Il ne reste plus qu’un amas de briques et les traces des fondations.

Younoussa est un boucher, il est resté ici pendant plus de 30 ans : « J’ai bâti toute ma réputation ici. Je vends de la viande ici depuis 1982. En l’espace de 48 heures, on m’annonce que je dois partir et on casse tout. La construction m’a couté environ 1,5 million de francs CFA [environ 2 280 euros] ».

Abdoul-Aziz est coiffeur, son salon a été détruit et il a eu juste le temps de récupérer son matériel de travail : « On est à deux pas de la fête de Tabaski. La fête, il y a la rentrée, tout ça. Ils devaient au moins compter tout ça avant de nous dire de partir. Moi je suis père de trois filles et un garçon. Qui va les nourrir ? C’est le seul travail que je connais. Comment je fais maintenant ? »

Le gouverneur de Niamey, qui a ordonné cette opération, est déterminé à faire de la capitale « une ville coquette » en la débarrassant de tout ce commerce encombrant sur les parkings et autres trottoirs. Les commerçants « forcés » de partir, ajoute Hamidou Garba Mamadou, seront accueillis dans les différents marchés de la capitale avec beaucoup de facilités.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.