Burundi: des jeunes du parti au pouvoir accusés de collecter des taxes

Des femmes vendent des fruits et légumes dans la rue à Bujumbura, la capitale, le 5 juin 2013.
© Esdras Ndikumana / AFP

Au Burundi, les jeunes du parti au pouvoir sont accusés de collecter illégalement des taxes auprès de la population. L'Observatoire de lutte contre la corruption et les malversations économiques a enquêté dans une commune de Bujumbura et a constaté que des jeunes obligeaient les habitants à leur donner de l'argent.

Le procédé est bien rodé et les prix sont fixés à l'avance : 1 000 francs burundais tous les mois pour le propriétaire d'une parcelle, c'est-à-dire un peu plus de 50 centimes d'euros. Pour les locataires, 500 francs CFA sont demandés.

Le président de l'Observatoire de lutte contre la corruption et les malversations économiques (Olucome), Gabriel Rufyiri, assure que les jeunes ont commencé ces collectes en janvier 2016, dans la commune de Ntahangwa.

« Ce sont des jeunes, un certain nombre de jeunes du parti au pouvoir. Ces derniers jours, il est observé que ces jeunes ont purement et simplement remplacé les corps de défense et de sécurité dans certains coins du pays », explique-t-il.

Les jeunes protègent le quartier la nuit

Officiellement, cette cotisation est censée couvrir des frais de sécurité. Et pour cause : les jeunes assurent qu'ils protègent le quartier la nuit. « Ce qui est clair, l’argent ne passe jamais dans les caisses de l’Etat, dans les caisses de la commune parce que la commune n’a aucun droit de recouvrir l’argent. Je peux vous dire avec certitude que cet argent n’est pas utilisé pour des activités publiques », poursuit Gabriel Rufyiri.

L'Observatoire contre la corruption a fait le calcul : en huit mois, ces jeunes ont récolté 375 millions de francs burundais, c'est-à-dire presque 200 000 euros, dans cette seule commune de Ntahangwa.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.