Gabon: bras de fer autour du nombre de victimes lors des heurts post-électoraux

Les forces de l'ordre utilisent les canons à eau face aux manifestants, le 31 août 2016 à Libreville.
© AFP/Marco Longari

Au Gabon, alors qu'Ali Bongo s'est exprimé ce mercredi 7 septembre pour la première fois depuis l'annonce de sa réélection, le camp de Jean Ping a organisé une conférence de presse dans la matinée. Le candidat de l'opposition évoque un bilan beaucoup plus lourd que celui annoncé par les autorités gabonaises.

Du côté de Jean Ping, on parle d’un minimum de 50 morts à travers le pays, dont 17 dans la seule attaque du QG de l’opposant, dans la nuit du 1er septembre. Alexandre Barro Chambrier, président du mouvement Héritage et modernité, parle d’un assaut mené par des commandos de bérets verts et d’hommes en civil contre de paisibles citoyens. Il demande une enquête internationale.

La version du pouvoir est radicalement différente. Le ministre de l’Intérieur parle de 3 morts pour tout le pays, 105 blessés, dont 67 membres des forces de l’ordre et 38 civils. Les morts supplémentaires seraient d’après lui décédés naturellement ou durant des rixes, sans aucun lien avec les forces de l’ordre.

Pacôme Moubelet-Boubeya avait décrit un assaut professionnel, justifié par la présence de voyous à l’intérieur du QG qui rendaient nécessaire une intervention afin de protéger ces civils coincés dans l’immeuble. Le ministre de la Communication avait même parlé d’une opération « juste », ajoutant que les autorités avaient retrouvé des « personnes ligotées et torturées » à l’intérieur.

Enfin, l’Agence France-Presse a fait un décompte de son côté et parle de sept victimes, dont un policier.

Recours

Les candidats ont jusqu'à ce jeudi 8 septembre pour déposer des recours devant la Cour constitutionnelle. Et sur ce point, chacun a sa stratégie. D’un côté, l’opposition dit que le recomptage des voix est autorisé par la loi et demande ce qu'il soit effectué par la Commission électorale nationale autonome et permanente puisque c’est à la Cenap que le litige est né. Une anomalie dans la proclamation des résultats, selon l’opposition. Elle réclame également une réunion de la commission plénière avec un comité ad hoc d’experts, notamment européens.

L’opposition se dit au passage certaine de sa victoire. Le ministre de la Justice, Séraphin Moundounga, qui a démissionné pour protester, a expliqué qu’il y avait un flou dans la loi, une sorte de vide juridique, et que dans ce cas, ce qui n'est pas interdit par le texte législatif est autorisé. Ce recomptage est d’ailleurs demandé par l’Union européenne, la France ou encore les Etats-Unis.

Le pouvoir, lui, assure que le recomptage des votes est illégal. « On me demande de violer la loi alors qu’un gouvernant est chargé de la faire appliquer », a déclaré le président Bongo ce mercredi matin sur RFI. Donc l’opposition doit suivre la voie habituelle qui est justement de déposer un recours devant la Cour constitutionnelle, seule habilitée à trancher. Une institution que l’opposition juge partiale. Elle l’appelle au passage « la tour de Pise » puisqu’elle pencherait toujours d’un côté, celui du pouvoir.

Piratage

Alors y aura-t-il recours ? Il faut déposer dans les huit jours après l’annonce des résultats qu'une journée. Le pouvoir en fera un, pour contester les scores de Jean Ping, notamment à Bitam et Omboué, là où il est né. Côté opposition, René Ndemezo'o Obiang, le directeur de campagne de Jean Ping laisse planer le doute sur un possible recours. En tout cas, aucun dossier n’a pour l’instant été présenté.

Sur l’angle judiciaire, le pouvoir accuse Jean Ping d’avoir tenté de falsifier des résultats à l’aide du hacker ivoirien, Sihifowa Yeo. Un homme a été arrêté dans son QG et une procédure judiciaire sera lancée.

L’opposition reconnaît avoir engagé un Ivoirien dans son staff pour compiler ces résultats transmis par ses membres à l’intérieur du pays. Quant aux soupçons de hacking, elle crie à la manipulation grossière avec des aveux arrachés sous la pression. « Comment pirater des PV qui sont écrits sur papier ? », demande Alexandre Barro Chambrier.

Une délégation de chefs d'Etat africains annoncée à Libreville

Dans ce contexte, une délégation de haut niveau est attendue à Libreville, avec à sa tête le président de l’Union africaine, le Tchadien Idriss Déby, ainsi que d’autres chefs d’Etat africains. Une visite est prévue dès que les conditions seront établies.

Ali Bongo a une réponse courte et ferme sur ce déplacement. « Suivant la tradition d’hospitalité du Gabon, nous les accueillerons, mais il faut qu’on respecte la loi », a-t-il déclaré.

Jean Ping explique de son côté qu’il rencontrera les chefs d’Etat, qu’il dira le droit pour que la délégation constate sa victoire à la présidentielle. Il n’est d’ailleurs pas opposé à leur participation au décompte des voix.

« Maintenant si les présidents africains proposent une autre alternative, nous en discuterons », confie Jean Ping. « Nous espérons en tout cas que l’UA ira dans notre sens », précise René Ndemezo'o Obiang, son directeur de campagne.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.