Soudan: l'Union européenne dément toute coopération avec les miliciens janjawids

Un casque bleu rwandais au Darfour, où ont sévi les miliciens Janjawids pendant la guerre (Photo d'illustration)
© AFP

Au Soudan, les miliciens janjawids vont-ils bénéficier du soutien de l'Union européenne? Accusés d'avoir été les fers de lance du gouvernement pendant la guerre au Darfour, une partie de ces miliciens mène désormais des opérations dans le nord du pays, en arrêtant massivement des migrants en partance pour l'Europe. Or, l'Union européenne a signé un accord de coopération avec le Soudan pour lutter contre l'immigration clandestine. Pour tenter d'éteindre la polémique, la délégation de l'Union européenne au Soudan a publié ce mardi 6 septembre au soir un communiqué pour démentir toute coopération avec eux.

Mohamed Hamdan Dagalo, dit « Hemeti », n'est pas un inconnu au Soudan. Pendant la guerre au Darfour, il était l'un des chefs des Janjawids, ces troupes supplétives du gouvernement qui ravageaient les villages en traquant la rébellion.

Désormais, « Hemeti » est à la tête de la « Force d'action rapide », qui patrouille le long des frontières avec la Libye et l'Egypte. C'est elle qui procède à des rafles de centaines d'Erythréens, d'Ethiopiens et de Soudanais qui cherchent à gagner les rivages de la Méditerranée pour s'embarquer vers l'Europe.

Mais voilà : un accord signé cette année avec l'Union européenne stipule que Bruxelles soutient les efforts du Soudan pour lutter contre l'immigration clandestine, en formant notamment ses garde-frontières. Du reste, « Hemeti » aimerait bien obtenir la reconnaissance de Bruxelles : face à la presse, la semaine dernière, il a répété que l'UE devrait le remercier pour ses sacrifices.

Mais mardi soir, la délégation européenne à Khartoum a fait savoir qu'elle ne soutenait en aucun cas la Force d'action rapide. Elle a répété que l'aide au Soudan ne passait pas par le gouvernement, mais par des organisations internationales ou des ONG.

Selon un observateur bien informé, le Soudan, encore isolé diplomatiquement, chercherait surtout à tester les limites de l'UE en jouant sur ses divisions, mais aussi notamment à montrer que Khartoum détient la clé de cette importante route migratoire.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.