Le Burkina Faso se dote d'une police des polices

Des officiers de police burkinabè, le 21 mai 2016 à Ouagadougou.
© AHMED OUOBA / AFP

Le gouvernement burkinabè vient de mettre en place un service dont l’objectif est de faire changer les pratiques de terrain et améliorer l'image de la police. Le ministre de l'Administration territoriale, de la Décentralisation et de la Sécurité intérieure, justifie la mise en place de cette unité par les plaintes incessantes des usagers de la route à propos des rackets des forces de sécurité et de l'incivisme. Les agents de cette nouvelle unité de police sont chargés de contrôler les actes des policiers et des gendarmes sur le terrain, de vérifier en somme s'ils respectent les instructions données par leur hiérarchie.

Selon le ministre de la Sécurité intérieure, cette nouvelle unité de police a pour principale mission de démasquer les mauvaises pratiques des agents des forces de sécurité sur le terrain.

Une initiative saluée par certains Burkinabè, comme Isaac Somtoré. « Certains policiers ne jouent pas bien leur rôle. Maintenant, s’ils sont contrôlés, je crois qu’ils seront obligés de bien faire leur travail. Me concernant, je pense que ça va nous permettre d’éviter les rackets. »

Jean Kossivi suggère plutôt que l'accent soit mis sur la formation des hommes déjà sur le terrain. « Peut-être une année, deux ans, ça va marcher. Mais après ? On va encore revenir au point de départ, qui est la corruption. Ils vont se familiariser, ils vont apprendre à se connaitre et puis, là, ça va bien passer entre eux. Ça ne sera pas les résultats qu’ils espéraient peut-être. »

Une police des polices, pour quelles raisons ? se demande Bérénice Ouedraogo, alors que plusieurs régions du pays sont confrontées à l'insécurité. « Pour le moment, c’est pas la chose à faire. Il y a tant de choses à faire que faire la police de la police ne doit pas être une priorité pour l’Etat. Parce qu’aujourd’hui, ce n’est pas nécessaire. C’est vrai que les policiers rackettent. Il faut plutôt éduquer selon qui est là. »

Selon le ministre de la Sécurité, ce nouveau service organisera des fouilles pour prévenir des actes de terrorisme.