Homosexualité: des pays africains plus tolérants que d’autres, selon Afrobaromètre

Sur le continent africain, les jeunes et les citadins sont en général plus ouverts sur l'homosexualité, selon une étude réalisée par Afrobaromètre.
© Getty Images

Le pasteur américain Steven Anderson, connu pour ses propos homophobes, ne mettra pas les pieds en Afrique du Sud. Le ministère de l’Intérieur vient d'empêcher sa venue en Afrique du Sud, dont la Constitution protège les minorités sexuelles. L’homosexualité, pourtant, reste un sujet délicat sur le continent. Mais, selon une étude réalisée dans 33 pays, certains sont beaucoup plus tolérants que d’autres.

L’enquête sur le degré de tolérance des Africains s’annonçait ambitieuse : plus de 50 000 personnes devaient être sondées, notamment sur l’homosexualité, dans 36 pays. Mais le sujet était si délicat en Algérie, en Egypte et au Soudan, que les chercheurs ont dû retirer ces pays de la liste.

Partout ailleurs, les enquêteurs ont simplement demandé : auriez-vous des objections à avoir des homosexuels pour voisins ? Dans quatre pays – le Cap-Vert, l’Afrique du Sud, le Mozambique et la Namibie – la majorité disait ne pas y voir d’inconvénient.
La réponse était toute autre en Afrique de l’Ouest et en Ouganda.

Boniface Dulani, qui a dirigé cette enquête pour Afrobaromètre, résume : plus un pays est religieux, moins il tolère les minorités sexuelles. « Sur le continent, 21% disent ne pas apprécier les personnes homosexuelles. En comparaison, seul un tout petit pourcentage dit ne pas apprécier les personnes d’une autre religion ou d’une autre origine ethnique. On est beaucoup plus tolérant des minorités religieuses et ethniques que des minorités sexuelles ».

Beaucoup d'Africains se révèlent donc être peu tolérants des homosexuels, selon cette enquête. Il y a une exception toutefois et elle est importante : les jeunes et les citadins sont plus ouverts d’esprit.

La majorité des Mozambicains sont pauvres, beaucoup d’entre eux sont peu instruits. Et, pourtant, la majorité des Mozambicains – 61% – disent qu’ils n’auraient pas d’objection à avoir des homosexuels pour voisins. A mon avis, c’est une conséquence du contexte juridique.
Le chercheur Boniface Dulani parle du Mozambique où l’homosexualité a été dépénalisée.
14-09-2016 - Par Michel Arseneault

 


■ Steven Anderson: des années de provocations

La liste des provocations haineuses du prédicateur Steven Anderson est longue. L'homme est connu pour ses propos antisémites et racistes et pour s'être réjoui de la tuerie survenue dans un club gay de la ville d'Orlando aux Etats-Unis. Adepte d'une lecture littérale et intolérante de la bible, il s'en est même pris à l'archevêque Desmond Tutu.

Devant le tollé provoqué par sa venue en Afrique du Sud, le ministre des Affaires intérieures a décidé d'interdire son entrée sur le territoire : « J'ai prévenu les autorités que j'ai identifié Steven Anderson, ses associés, et les membres de son église, comme des personnes indésirables sur notre territoire, car ils mettent en avant un discours haineux, et incitent à la violence sociale ».

Une décision qui rassure Matthew, un militant de l'ONG Project Triangle, basée au Cap, qui prend en charge les victimes d'attaques homophobes : « Nous avions peur qu'il incite à la haine. Son message, c'est que les homosexuels sont des pédophiles et qu'ils transmettent le sida, ce qui constitue un message extrêmement sensible en Afrique du Sud. Et très franchement, nous n'avons vraiment pas besoin que ce type de message négatif pour la communauté LGBT [Lesbiennes, gays, bisexuels et trans] soit diffusé en Afrique du Sud ».

Une nouvelle pétition est déjà en ligne pour barrer la route au pasteur Steven Anderson qui veut maintenant de se rendre au Botswana.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.