Présidentielle au Gabon: pouvoir et opposition s'accusent de tentatives d'intimidation

Le président de la République gabonaise Ali Bongo Ondimba (g.) et son principal concurrent, Jean Ping, pendant l'élection présidentielle d'août 2016.
© RFI/Montage

Au Gabon, en attendant que la Cour constitutionnelle tranche le contentieux électoral, le bras de fer entre le pouvoir et l'opposition continue. Les deux camps s'accusent mutuellement d'instaurer un climat d'intimidation et de harcèlement.

Ce jeudi, René Ndemezo'o Obiang, le directeur de campagne de Jean Ping, a dénoncé l'arrestation du colonel Makita Niembo Théophile. Ce militaire à la retraite aurait été arrêté, selon lui, mardi soir.

« Le colonel Makita, qui est un des responsables de notre sécurité, a été appréhendé à son domicile avec son épouse. Et son épouse a été relaxée à peu près une heure, une heure et demie après. Depuis lors, nous sommes sans nouvelles de lui. Nous avons fait l’ensemble des endroits où nous pensions qu’il pourrait être détenu, le Cédoc, le camp Roux, la brigade gendarmerie de Gros-Bouquet, et nous n’avons eu aucune trace de lui », explique René Ndemezo'o Obiang.

Une arrestation incompréhensible pour le directeur de campagne de Jean Ping : « Quelles sont les raisons qui motiveraient son arrestation aujourd’hui ? Nous sommes vraiment incapables de le dire. Et c’est pour cela que nous sommes extrêmement inquiets. En fait, l’arrestation du colonel Makita s’inscrit dans la droite ligne de tous les actes que le pouvoir pose en ce moment [et] qui sont du domaine de l’arbitraire pur et simple. Tout ce qui est contraire à l’Etat de droit. »

D'après l'opposition toujours, un autre colonel à la retraite, le colonel Dominique Kouérey, aurait été également arrêté.

Intimidations au Haut-Ogooué

De son côté, le pouvoir accuse aussi l’opposition d'harceler ses partisans. Ce jeudi, des représentants des populations de la province du Haut-Ogooué, dont Ali Bongo est originaire, se sont réunis à Libreville pour se plaindre de la stigmatisation et des violences dont ils sont l’objet depuis l’annonce de la victoire d’Ali Bongo.

« Nous sommes originaires du Haut-Ogooué et nous restons Gabonais. Personne ne peut soustraire le Haut-Ogooué du Gabon. Depuis 1993, [date de] la première élection présidentielle plurielle, le Haut-Ogooué n’a jamais voté pour le PDG [Parti démocratique gabonais au pouvoir] à moins de 90 %. C’est normal qu’on continue à stigmatiser le Haut-Ogooué. Le Haut-Ogooué est devenu célèbre à cause d’un taux de participation, à cause d’un pourcentage », regrette Jean-Pierre Oyiba, ministre des Travaux publics et surtout coordinateur de la campagne d’Ali Bongo dans cette province.

Et le ministre dénonce la poursuite de ces intimidations : « Des intimidations que nous continuons à vivre, des attaques, des atteintes physiques aux personnes, ça s’est passé à Port-Gentil et à Libreville, et ça continue. Les menaces physiques, mais quelle est la responsabilité du Haut-Ogooué dans cette affaire ? Donc il nous revient vraiment de faire très attention et de rappeler à nos amis, à nos compatriotes que stop : le Haut-Ogooué, c’est le Gabon. »

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.