Republier
Niger

Niger: libération de militants de Hama Amadou, dont son lieutenant Soumana Sanda

Une affiche du candidat Hama Amadou, lors de la campagne pour la présidentielle, à Niamey, le 2 février 2016.
© BOUREIMA HAMA / AFP

Sept opposants nigériens, proches de l'ancien président du Parlement Hama Amadou, arrivé deuxième à la présidentielle de mars, sont sortis de prison ce dimanche après dix mois de détention pour « attroupement armé et non armé ». Les prévenus, dont l'ex-ministre de la Santé Soumana Sanda, avaient été arrêtés le 14 novembre 2015, jour du retour à Niamey de l'opposant Hama Amadou qui s'était exilé en France après avoir été mis en cause dans un présumé trafic de bébés.

La rumeur faisant état de la libération imminente de Soumana Sanda s’est répandue à Niamey dès la fin de la semaine. Il a quitté la prison de Saye ce dimanche matin vers 9h30. Tout le long des 60 kilomètres reliant Saye à Niamey, il y avait ça et là des militants du parti pour l’ovationner.

Le cortège, qui roulait au rythme des klaxons, a pris plus de deux heures pour arriver au siège du parti, où l’attendait une foule immense. Là-bas, Soumana Sanda est juste resté le temps de saluer le staff du parti. Il n’a pas prononcé de discours. Le cortège l’a ensuite ramené à son domicile.

Devant les membres de sa famille, ses camarades et des sympathisants, il a remercié tous ceux qui l’ont soutenu. « Je remercie l’ensemble des militants Moden Fa Lumana-Africa et, au-delà, tous les Nigériens qui, durant ces 10 longs mois, nous ont apporté soutien et réconfort. Je saisi cette occasion pour leur dire merci et que la lutte continue. »

« Les juges ont lu et ont vu le droit »

Les militants de l’opposition étaient nombreux à l’accueil du principal lieutenant de Hama Amadou, toujours en exil. L’ancien député Amadou Sala, se réjouit. « La journée d’aujourd’hui est mémorable. Notre militant Soumana Sanda vient d’être libéré. Les juges ont lu et ont vu le droit. »

Le mouvement des femmes du parti a été très actif dans la mobilisation des militants. « On ne sait même pas comment exprimer notre joie. Soumana Sanda, c’est un lutteur, c’est notre président. Vous avez vu, moi je suis malade, mais je suis venue au soleil pour l’accueillir », lance le docteur Maman.

Arrêté en novembre 2015

Ancien ministre de la Santé, Soumana Sanda avait été arrêté en novembre 2015, alors qu’il s’apprêtait à accueillir Hama Amadou, le président de son parti, de retour d’exil en France. A cette occasion, il y avait eu des échauffourées entre des militants du parti et les forces de l’ordre.

Après 10 mois d’emprisonnement, Soumana Sanda retrouve ainsi la liberté, au côté des cinq autres militants du Moden Fa Lumana, arrêtés dans le cadre de la même affaire. Ils sont accusés d’attroupement armé et non-armé, et incitation à la violence.

Elu député pendant qu’il était en détention, son futur combat, dit-on, est de retrouver sa place au sein de l’hémicycle.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.