Niger: les universités en grève en raison des retards de paiement de salaires

C’est la seconde fois en deux semaines que les enseignants chercheurs des universités publiques du Niger se mettent en grève (Etudiants au travail, Niamey).
© Ute Grabowsky/Photothek via Getty Images

Au Niger les enseignants des différentes universités publiques du pays sont en grève pour 7 jours à compter de ce lundi 19 septembre. Toutes les activités académiques sont suspendues ce qui va perturber fortement la reprise des cours après la période des vacances. Ces enseignants réclament le paiement de plusieurs mois d’arriérés de salaire et de prime de recherche.

C’est la seconde fois en l’espace de deux semaines que les enseignants chercheurs des universités publiques du Niger se mettent en grève. Ils ont déjà observé un arrêt de travail du 8 au 10 septembre dernier.

« A ce jour, les salaires de Zinder sont payés, nous en avons eu la confirmation, explique à RFI le Dr Bakasso Sahabi, secrétaire général du syndicat des enseignants chercheurs. A Maradi, ils ont eu le mois de juillet mais pas celui d’août ; et rien pour les primes de recherche, les PR. Donc trois trimestres à Zinder, deux trimestres à Maradi et deux trimestres à Tawa ».

Mais le ministre de l’enseignement supérieur Mohamed Ben Omar est lui catégorique : toutes les revendications des enseignants ont été traitées : les arriérés de salaire comme les primes de recherche. « A l’heure où je vous parle, toutes les revendications sont satisfaites, assure le ministre. Déjà à partir du mois de juillet nous avons fait virer deux mois d’indemnité de prime de recherche, c’est-à-dire 33 millions de CFA, et la semaine dernière nous avons engagé 140 millions censés être partagés entre toutes les universités en tant que primes de recherche ».

Le ministre qui reconnaît cependant une morosité économique qui ne permet pas au Trésor de générer les ressources nécessaires pour faire face à la situation.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.