Scandale Nkandla: une banque controversée derrière le prêt accordé à Zuma

La résidence secondaire du président Jacob Zuma à Nkandla au coeur du scandale en Afrique du Sud.
© AFP PHOTO / MARCO LONGARI

En Afrique du Sud, le Trésor public a annoncé en début de semaine que Jacob Zuma avait finalement remboursé à l'Etat une partie de l'argent public qui a servi à rénover sa résidence secondaire de Nkandla, en contractant un prêt immobilier. Mais la banque VBS Mutual Bank qui lui a accordé ce prêt est sujette à controverses.

Condamné en juin dernier à rembourser un demi-million d’euros sur les 16 millions d’argent public investi à Nkandla, le président Jacob Zuma s’est finalement plié à la décision de justice. Mais l'annonce du remboursement a été accueillie avec scepticisme en Afrique du Sud. L'Alliance démocratique a immédiatement demandé des preuves de ce versement et plusieurs analystes financiers ont émis des doutes sur le prêt accordé au président par VBS Mutual Bank.

L'organisme financier jusque-là inconnu du grand public est maintenant scruté de près par la presse, qui a révélé ce week-end des possibles irrégularités. La Commission des services financiers serait effectivement en passe d'ouvrir une enquête pour un prêt de 8,5 millions d'euros que VBS Mutual Bank a accordé à une entreprise dans laquelle deux de ses dirigeants avaient des intérêts.

L'affaire a été révélée par un lanceur d’alerte. Selon lui, ce prêt aurait été accordé sans l'aval du conseil d'administration de la banque. Ce dénonciateur anonyme affirme aussi que des fêtes auraient été organisées avec l'argent des dépôts bancaires. De plus, l'un des actionnaires de VBS Mutual Bank ne serait autre que le roi Mphephu Ramabulana, un chef traditionnel controversé proche de Jacob Zuma.

Tous ces éléments ne manqueront pas de jeter de nouveaux soupçons sur l'engagement du président à rembourser lui-même une partie de l'argent investi dans sa résidence de Nkandla.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.