Valls à Dakar: le Sénégal prêt à accueillir encore plus d'entreprises françaises

Le Premier ministre français Manuel Valls au côté de son homologue sénégalais Mahammed Boun Abdallah Dionne, le 23 septembre 2016 à Dakar.
© RFI/Guillaume Thibault

En visite au Sénégal pour 24 heures, Manuel Valls s'est lancé vendredi matin dans un long marathon. Le Premier ministre français a ainsi visité la base militaire française de Ouakam, la ville nouvelle de Diamniadio et bien évidemment rencontré les autorités. Un tête-à-tête à huis clos avec le président Macky Sall et un séminaire économique avec son homologue Mahammed Boun Abdallah Dionne. A la sortie, les deux Premiers ministres ont donné une conférence de presse. Compte rendu.

Si la France reste le premier partenaire économique du Sénégal, si les relations sont visiblement excellentes, le Premier ministre Mahammed Boun Abdallah Dionne a indiqué que les entreprises françaises sont attendues, notamment dans les stratégiques secteurs du gaz et du pétrole. « C’est donc des boulevards qui sont ouverts pour le secteur privé pour ceux qui oseront entreprendre et ceux qui continuent de faire confiance à notre pays », a déclaré le Premier ministre sénégalais.

Manuel Valls, soucieux de conserver, de pérenniser les liens très anciens entre les deux pays, a listé les secteurs économiques dans lesquels investissent l'état et des entreprises françaises. « Nous avons tant à faire ensemble, nous allons poursuivre. C’est vrai dans le domaine du tourisme comme dans le domaine de l’enseignement supérieur ou de la formation, les transports, les hydrocarbures. L’avenir du monde se joue en grande partie dans cette relation entre l’Europe, la France, l’Afrique », a-t-il affirmé. 

« Pas de pré carré »

Des accords, des prêts ont donc été signés entre le Sénégal et l'Agence française de développement, notamment dans le secteur du traitement de l'eau et de la formation. La France va par exemple participer au financement de la nouvelle usine d'eau potable alimentant Dakar, à hauteur de 93 millions d'euros. La coopération se poursuit, mais Mahammed Boun Abdallah Dionne a été très clair : « Nous travaillons main dans la main, dans le respect. Il n’y a pas de chasse gardée, de pré carré, non. »

La France est ainsi plus que jamais en compétition avec la Chine, l'Inde ou encore la Turquie.

Manuel Valls a également visité une école franco-sénégalaise, la ville nouvelle de Diamniadio, nouveau pôle de développement à la périphérie de Dakar et, alors que les questions de sécurité sont permanentes, le Premier ministre français s’est rendu à la base militaire française de Dakar.

A aucun moment nous ne devons réduire notre effort. Nous savons où se cachent les jihadistes d'al-Qaïda ou de Boko Haram, et nous continuerons avec les armées africaines à les combattre inlassablement.
Manuel Valls à la base de Ouakam
24-09-2016 - Par Guillaume Thibault

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.