Gabon: Emmanuel Issoze-Ngondet nommé au poste de Premier ministre

Capture d'écran France 24 de Emmanuel Issoze-Ngondet, ex-ministre des Affaires étrangères gabonais interviewé par France 24 en janvier 2015.
© France 24

Au Gabon, le nouveau gouvernement doit être annoncé au plus tard ce dimanche 2 octobre. Deux jours après son investiture, le président Ali Bongo s'est choisi un Premier ministre : Emmanuel Issoze-Ngondet, qui était jusqu'à alors en charge des Affaires étrangères.

Emmanuel Issoze-Ngondet est un pur produit de la diplomatie gabonaise. L'ancien énarque entre au ministère des Affaires étrangères comme conseiller dès 1988. S'ensuivront 20 ans de carrière dans les ambassades du Gabon au Cameroun, au Royaume-Uni, au Canada, en Corée du Sud ou encore au Kenya. Avant d'accéder en 2008 au poste de représentant à l'ONU.

Vient ensuite l'expérience gouvernementale. D'abord comme ministre de l'Energie, puis des Relations avec le Parlement, puis du Budget. Jusqu'à 2012, où il est enfin nommé chef de la diplomatie gabonaise. Emmanuel Issozet-Ngondet est alors député, depuis son élection dans sa ville natale de Makokou, fin 2011.

Ancien collègue de Jean Ping

La nomination d'Emmanuel Issozet-Ngondet à la primature confirme, en tout cas, le changement de pratique politique d'Ali Bongo par rapport à son père. Sous Omar Bongo, les chefs de gouvernement étaient systématiquement des Fangs de l'Estuaire. Son fils avait pour sa part nommé un Premier ministre du Woleu-Ntem dès son premier mandat.

En voilà désormais un autre, de l'Ogooué-Ivindo cette fois-ci. Une première dans l'histoire du pays. Certains y voient d'ailleurs une forme de récompense pour Emmanuel Issozet-Ngondet, qui s'est beaucoup investi pour la campagne présidentielle dans l'Ogooué-Ivindo, province qu'Ali Bongo a remportée.

Sa tâche s'annonce toutefois délicate. Il doit former une équipe d'ouverture alors que l'opposition refuse tout dialogue et toute participation à un gouvernement d'union. L'homme est toutefois bien connu de ses adversaires. Durant sa carrière, Emmanuel Issozet-Ngondet a eu comme ministre de tutelle, durant une dizaine d'années, un certain Jean Ping.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.