Ouganda: Queen of Katwe de Disney, la vraie histoire d'une championne d'échecs

Robert Katende à gauche et Phiona Mutesi à droite, avec leurs familles qui sont aussi représentées dans le film, lors de l'avant-première à Kampala, le 1er octobre 2016.
© RFI/Charlotte Cosset

En Ouganda, samedi soir 1er octobre avait lieu l'avant-première du dernier film de Disney, Queen of Katwe, qui a été tourné en Ouganda et en Afrique du Sud. Les stars, Lupita Nyongo et David Oyelowo, étaient présentes. Ce film raconte l'histoire vraie d'une jeune fille ougandaise vivant dans le bidonville de Katwe et qui devient une championne d'échecs. Reportage à Kampala.

Robert Katende travaille dans une structure associative de Kampala. C'est dans ce cadre qu'il rencontre Phiona Mutesi. Le ventre vide, elle entre dans le club d'échec, car Robert - à l'écran David Oyelowo - lui propose à manger.

Pour Robert Katende, le film de Disney retrace très bien son histoire. « En vérité, je me suis reconnu dans bien des choses, confie-t-il. Et c'est comme voir sa vie rejouée, comme revoir ce par quoi on est passé se produire à nouveau. Cela m'a vraiment replongé dans ces moments. A l'époque où j'ai commencé, je n'avais rien et en plus je me battais juste pour faire vivre ma famille. »

Dans le film, Robert Katende refuse un emploi bien payé pour continuer à enseigner au club d'échecs. Une histoire vraie ? « Oui c'est juste. En vérité, c'était extrêmement compliqué pour moi de prendre une telle décision. Mais ce qui m'a empêché d'aller dans cette voie, c'était d'être en paix avec moi-même », explique-t-il. 

Phiona Mutesi est désormais une joueuse d'échecs reconnue. Elle décrit l'un des événements les plus marquants de sa vie, porté à l'écran. « Je dirais le moment sur les inondations. C'est vraiment très crucial. Chaque fois que je le regarde, j'ai l'impression que je dois trouver un abri. Ça me ramène à cette époque. C'était un moment très difficile. Et c'est vraiment juste. J'en ai fait l'expérience, mais c'est encore bien pire », se souvient-elle.

Elle insiste : aujourd'hui ce n'est que le début de l'histoire. Elle souhaite devenir avocate pour les enfants défavorisés.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.