Bénin: le président Patrice Talon n’a pas encore déclaré son patrimoine

Le président béninois Patrice Talon, le 4 juin 2016.
© AFP/Seyllou

Au Bénin, l'Autorité nationale de lutte contre la corruption (ANLC) a publié son troisième rapport de l'année sur les déclarations de patrimoine des membres du gouvernement et des institutions de la République. La loi de 2011 contre la corruption exige une déclaration à l'entrée et à la sortie de fonction. Douze ministres l'ont déjà respectée, mais pas le président Patrice Talon. Or, la transparence de la vie publique devient un critère pour de nombreux bailleurs.

Au 31 août 2016, soit presque cinq mois après leur installation au pouvoir, douze ministres sur vingt-et-un avaient déclaré leur patrimoine. C'est mieux qu'en mai, au dernier point de l'Autorité nationale de lutte contre la corruption (ANLC), où ils n'étaient que quatre.

Au 31 août, le président Patrice Talon ne s'était pas conformé à cette disposition légale.

Il est vrai qu'au Bénin, c'est nouveau. La loi contre la corruption date de 2011. L'ANLC a été installée en 2013 et ce n'est qu'à partir de cette date que les ministres, parlementaires et hauts fonctionnaires ont commencé à déclarer leur patrimoine.

Ce n'est que depuis l'an dernier que l'Autorité met régulièrement sur son site les publications, en donnant les noms. Cependant, elle manque de moyens de pression et les sanctions, prévues par la loi, n'ont jamais été appliquées.

Pourtant, elle est accompagnée dans ce travail par les bailleurs. La transparence est de plus en plus au cœur des discussions avec le gouvernement. C’est ce qui a été fait, par exemple, avec la Banque mondiale qui a apporté 20 millions de dollars d'appui budgétaire. Dans un rapport, l'an dernier, elle analysait avec précision ce qui marchait ou pas et fixait des objectifs en vue d'un prochain financement, tout en rappelant que l'ANLC est sous l'autorité du chef de l'Etat.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.