Mali: attaques meurtrières dans le nord du pays

Un casque bleu de la Minusma à Tombouctou, dans le nord du Mali.
© Sebastien RIEUSSEC / AFP

Les attaques contre les forces armées maliennes et les militaires se multiplient dans le nord du Mali. Après la mort de deux casques bleus tchadiens et d’un civil ce lundi à Aguelhok (nord-est), des assaillants ont attaqué mardi 4 octobre un convoi officiel, tuant un militaire malien.

Ce mardi 4 octobre, une escorte sécurisant un convoi d’officiels maliens a été attaquée par des hommes armés au nord-ouest de Tombouctou. Un militaire de l’armée régulière a été tué et un civil blessé a été transporté dans une structure sanitaire de la localité de Goundam. Selon ses explications, les assaillants semblaient être bien informés sur l’itinéraire du convoi attaqué.

Au nord-est du pays, dans la localité d’Aguelhok, ce mardi, un casque bleu de nationalité tchadienne est décédé des suites de ses blessures. La veille, il était dans un véhicule onusien qui avait sauté sur une mine. Un premier soldat tchadien de la mission de l’ONU au Mali, la Minusma, avait été tué sur le coup. Le même jour, un civil a trouvé la mort près de la localité d’Aguelhok après avoir marché sur une mine.

Les deux attaques n’ont pas été revendiquées, mais les groupes armés radicaux, comme al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) et Ansar Dine sont pointés du doigt. Selon certains, il faudrait revoir de fond en comble la carte sécuritaire du territoire malien pour faire face à la multiplication de ces attaques.