Nigeria: arrestations spectaculaires de hauts magistrats

De rares voix se sont élevées au Nigeria pour soutenir l'arrestation des hauts magistrats (photo: Abuja)
© Wikimedia Commons/Bryn Pinzgauer

Des arrestations spectaculaires de juges ont eu lieu au Nigeria ce week-end. Des centaines de milliers de dollars, des actes de propriétés, entre autres, ont été saisis au domicile de certains interpellés. Cette opération anti-corruption visant de hauts magistrats, menée par la DSS, la police secrète du Nigeria, n'a pas manqué de faire réagir dimanche 9 octobre, notamment en raison du statut de certains des prévenus. En effet, dans les mailles du filet se trouvent deux juges de la Cour suprême et deux juges de la Haute Cour fédérale d'Abuja.

L'association du barreau nigérian dénonce un raid « dont le style rappelle la Gestapo ». Abubakar Mahmoud, le président de cette organisation, se dit choqué. Il réclame la libération immédiate des hauts magistrats, en soulignant que le Nigeria n'est plus dans un régime militaire.

Adetokunbo Mumuni, dirigeant d'une ONG en faveur des droits socio-économiques,
se dit préoccupé par « une vague d'arrestations, d'intimidation et de harcèlement des juges à travers tout le pays par la DSS ». Tout en soutenant la lutte contre la corruption, ce militant des droits de l'homme dénonce des méthodes fragilisant l'Etat de droit et l'indépendance de la justice.

Le PDP, le principal parti d'opposition, accuse le régime du président Muhammadu Buhari de dérive autoritaire. Selon son porte-parole, prince Dayo Adeyeye, le gouvernement aurait dû saisir le Conseil national judiciaire, un organe habilité à entendre magistrats et juges.

De rares voix se sont élevées pour soutenir l'arrestation des hauts magistrats, notamment celle de Lemmy Ughegbe. Sur le fond, ce responsable d'une organisation militant pour la bonne gouvernance rappelle qu'aucun juge, quel que soit son rang, n'est au-dessus de la loi. Sur la forme, Lemmy Ughegbe regrette une opération de minuit menée par les agents de la police secrète.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.