Côte d’Ivoire: Blaise Compaoré, l'exilé discret

Blaise Compaoré a maintenu le contact avec un certain nombre de chefs d'Etat (photo d'archives).
© Reuters

Blaise Compaoré s'est entretenu ce lundi 10 octobre pendant une petite demi-heure avec Henri Konan Bédié au domicile de l'ancien président ivoirien à Cocody. Une « rencontre privée », selon l'entourage d'Henri Konan Bédié. Aucune déclaration à la sortie sur la teneur de l'entretien. Blaise Compaoré, naturalisé ivoirien en février, ne s'est pas exprimé publiquement depuis la chute de son régime il y a bientôt deux ans. S'il semble tenu par un devoir de réserve qu'il respecte, l'ancien chef d'Etat ne se désintéresse pas totalement de la politique et des enjeux régionaux.

Dans une conférence de presse à Ouagadougou, Alpha Blondy a confié avoir rencontré Blaise et Chantal Compaoré à Abidjan fin septembre, avant d'aller donner plusieurs concerts au Burkina. Selon le chanteur, l'ancien président burkinabè est « en prison en plein air ».

Pourtant à en croire plusieurs sources, Blaise Compaoré se déplace souvent à l'étranger pour raisons familiales ou privées. Celui qui a été président pendant 27 ans et médiateur dans plusieurs crises régionales a aussi maintenu le contact avec un certain nombre de chefs d'Etat. « Il les connait tous. Il garde le regard tourné vers l'ensemble du continent », confie une source française qui l'a rencontré à l'occasion d'un voyage à Abidjan.

« Tous les conseils qu'il peut donner ne sont pas mauvais au regard de son expérience », commente un proche du couple Compaoré qui ajoute : « Il évite de faire trop de politique pour ne pas laisser penser qu'il chercherait à déstabiliser le pays. Il a une vie tranquille et simple. Il joue le rôle du sage qui donne ses conseils quand on le sollicite mais toujours discrètement ».

Pour autant Blaise Compaoré ne se désintéresse pas totalement de la politique burkinabè. En exil, il a reçu trois fois le vice-président puis président par intérim de son parti le CDP, Achille Tapsoba, la dernière fois fin juillet. « Il fait figure d'autorité morale en tant que fondateur du parti », explique Achille Tapsoba qui reconnaît aussi l'avoir « de temps à autre » au téléphone.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.