Gabon: pourquoi est-on sans nouvelles de Sylvie Nkoghe-Mbot?

Autobus calciné devant l'Assemblée nationale gabonaise à Libreville, le 2 septembre 2016 : témoignage des violences qui ont suivi l'annonce des résultats de l'élection présidentielle.
© GABON 24 TV/Handout via Reuters

Au Gabon, on est sans nouvelles de Sylvie Nkoghe-Mbot, médecin, pédiatre et président de l’ONG Hippocrate, depuis le jeudi 6 octobre. Sylvie Nkoghé-Mbot recueille témoignages et constats des violences post-électorales avec photos de blessés et clichés de personnes décédées. Elle est co-rédactrice d'un rapport qui a été remis à Maitre Altit qui instruit un dossier devant la Cour pénale internationale (CPI) pour le compte de Jean Ping. Sylvie Nkoghe-Mbot a été arrêtée, jeudi, à l'hôpital d'Instruction militaire alors qu'elle poursuivait ce travail de constats.

La famille de Sylvie Nkoghe-Mbot est très inquiète. Dominique Nkoghe, sa sœur, est persuadée qu’elle est détenue depuis cinq jours au B2, la Direction générale de la contre-ingérence et de la sécurité militaire.

« Je le sais, quelqu'un sur place me l'a dit », affirme-t-elle. Samedi, puis lundi, elle s'est rendue au B2 avec quelques affaires, du linge et de la nourriture, mais à chaque fois, c'est la même réponse, à savoir, aucune visite n'est autorisée.

Pour Maître Eric Moutet, un des défenseurs de Sylvie Nkoghe-Mbot, le lien entre l'arrestation et la mise au silence de sa cliente ne fait aucun doute. Elle se savait dans le collimateur des Services gabonais et son seul tort est d'avoir enquêté sur les violences post-électorales commises par les forces de l'ordre et la garde républicaine, photos et témoignages à l'appui qui seront très vite déposés sur le bureau des juges de la CPI.

« Tout laisse à penser qu’il y a effectivement un rapport, ne serait-ce que la manière et le lieu de son interpellation puisque c’est à l’occasion, encore une fois, de ses constats qu’elle mène maintenant depuis plusieurs semaines, avec un rapport qui a circulé et qui sera utilisé évidemment à la Cour pénale internationale. On peut comprendre la crainte des autorités. C’est un des documents qui sera utilisé par le confrère Emmanuel Altit qui est en charge du dossier CPI pour le président Ping », a-t-il déclaré à RFI.

Le procureur de la République de Libreville était injoignable, ce lundi.
 

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.