Nigeria: les autorités annoncent la libération de 21 lycéennes de Chibok

Capture d'écran de la vidéo postée par le groupe Boko Haram. Reprise par Reuters le 14 août 2016.
© Reuters

Au Nigeria, 21 lycéennes de Chibok ont été libérées, selon les autorités. Elles font partie d’un groupe de 270 jeunes filles enlevées dans le nord-est du pays en avril 2014 par les islamistes de Boko Haram. Elles auraient été échangées contre 4 prisonniers du groupe terroriste. Une libération facilitée par le Comité international de la Croix-Rouge et le gouvernement suisse.

Pour le Nigeria, c’est une bonne nouvelle. 21 filles enlevées à Chibok ont été libérées grâce au CICR et au gouvernement suisse. L’AFP parle d’un échange otages-prisonniers, qui aurait eu lieu à Kumshe, à 15 kilomètres de Banki, aux petites heures, ce matin.

Les ex-otages ont été confiées au DSS, le Département des services d’Etat, les renseignements nigérians. Très éprouvées, les lycéennes ont grand besoin de repos, selon les autorités.

Muhammadu Buhari s'est réjoui

Les filles doivent rencontrer, rapidement, le vice-président nigérian, Yemi Osinbajo, en l’absence du président Muhammadu Buhari, qui est attendu en Allemagne. Le président s’est réjoui de la libération des lycéennes, dont les noms n’ont toujours pas été dévoilés.

Avant de réagir, le mouvement Bring Back Our Girls - qui lutte pour la libération des jeunes filles de Chibok depuis leur enlèvement en 2014 -, attend la confirmation de leur identité. Sur les 276 lycéennes kidnappées, 57 ont réussi à s'échapper juste après le rapt. Une seule a été retrouvée par l'armée, en mai dernier.