Republier
Burundi Médias

Un journaliste burundais récompensé par le prix Peter Mackler 2016

SOS Médias Burundi sur Twitter.
© capture d'écran

Eloge Willy Kaneza, 33 ans, était à Washington jeudi 13 octobre pour y recevoir le prix Peter Mackler 2016 pour le courage et l'éthique journalistique. Une récompense pour son travail au Burundi, un pays qui traverse une grave crise qui a déjà fait plus de 500 morts et poussé à l'exil plus de 300 000 Burundais. Mais au-delà de ce reporter, ce prix est une reconnaissance pour un collectif de journalistes burundais regroupés au sein de SOS Média, qui continue d'informer courageusement dans un pays naguère classé parmi les pays africains qui respectent la liberté de la presse, mais qui a fait un grand pas en arrière dans ce domaine.

Jusqu'en mai 2015, des radios privées indépendantes très dynamiques informent, critiquent et dénoncent régulièrement les cas de violation des droits de l'homme et une corruption généralisée au Burundi. Elles sont souvent la cible des attaques du pouvoir qui les accusent de rouler pour l'opposition, mais leurs droits sont plus ou moins respectés.

Mais elles ne survivront pas longtemps à la grave crise que traverse aujourd'hui ce pays. Elles sont toutes détruites au cours d'une tentative de coup d'Etat en mai 2015, des dizaines de journalistes fuient un pouvoir qui s'est radicalisé en les accusant de complicité avec les putschistes. C'est le blackout, les informations vérifiées sur le Burundi deviennent rares. C'est à ce moment où le collectif SOS Média apparaît.

« Le groupe est né 48 heures après le coup d’Etat manqué, le 13 mai 2015. Moi et deux de mes amis, on a pensé à mettre en place ce collectif parce qu’on voyait que les rumeurs étaient propagées », explique Eloge Willy Kaneza.

→ A (RE)LIRE : Burundi: un an après, SOS Médias poursuit son combat pour l'information

Le jeune journaliste burundais se réjouit de cette reconnaissance internationale du collectif SOS Médias, d'autant que le travail au quotidien est un combat. Certains responsables considèrent les journalistes indépendants comme des ennemis, regrette Eloge Willy Kaneza, qui espère que les choses vont s'améliorer. Certains ont été arrêtés pendant des heures ou des jours et il y a près de deux mois que Jean Bigirimana du journal indépendant Iwacu est porté disparu.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.