Madagascar: les délestages handicapent la vie des habitants

Vue d'Antananarivo, le 4 mai 2016.
© Jabin Botsford/The Washington Post via Getty Images

Madagascar vit au rythme des coupures de courant depuis une semaine. Les Malgaches sont exaspérés ou résignés. Selon un de ses cadres, la Jirama, la compagnie d'eau et d'électricité, ne peut plus payer ses fournisseurs en carburant. Une explication qui revient depuis plusieurs années, depuis que la majorité des centrales appartiennent à des prestataires privés.

Après plus d'un mois de répit, le délestage a fait son grand retour à Madagascar. A Ambatondrazaka, cette gérante d'hôtel a subi plusieurs heures de coupures par jour depuis une semaine : « On paye déjà assez cher l'électricité ici. On paye l'équivalent de 150 euros par mois. Comme j'ai un générateur de courant, un groupe électrogène, je mets ça en place, mais un litre d'essence ça coûte un euro et on consomme à peu près cinq litres d'essence pour trois heures ».

A Ambatondrazaka, l'électricité est revenue ce week-end, mais dimanche encore, la capitale a été privée de courant plusieurs fois dans la journée. Livo, habitant du quartier d'Ampefiloha, ne décolère pas : « Vous savez c'est très embêtant ces coupures ! A Ampefiloha, c'est presque tous les jours. Quelques fois la nuit, quelques fois l'après-midi, quelques fois le matin. Si j'avais de l'argent, j'achèterais un grand panneau solaire et je n'aurais plus jamais besoin de la Jirama ».

Pour un cadre de la Jirama ayant requis l'anonymat, 70% des centrales thermiques appartiennent à des prestataires privés et selon un rapport des syndicats datant de 2015, la Jirama achète 657 ariarys le kilowater à l'entreprise privée pour le revendre 303 ariarys au consommateur. En plus de revendre à perte, la Jirama doit également payer l'achat du fioul nécessaire à l'exploitation de la centrale privée à qui elle achète l'électricité. La compagnie limiterait donc l'achat de fioul pour continuer à verser le salaire de ses employés.

La colère des habitants de Farafangana

Ce week-end à Farafangana, sur la côte sud-est du pays, une manifestation a viré à l'émeute. Des centaines de personnes ont convergé vers les bureaux de la Jirama et ont incendié une partie des locaux.

Samedi en fin d'après midi à Farafangana, la colère de la population face aux coupures de courants incessantes a explosé. Des individus ont rameuté les manifestants par des cris et des sifflets pour protester contre le délestage. Rapidement une foule s'est amassée... une partie des bureaux de la Jirama (ont été) incendiés, deux gendarmes blessés par des jets de pierre et cinq émeutiers arrêtés
A Madagascar, la colère des habitants face aux délestages d'électricité a viré à l'émeute
18-10-2016 - Par Jeanne Richard

 

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.