Republier
RDC

Dialogue national en RDC: les évêques s'expriment sur l'accord

L'abbé Donatien Nshole, secrétaire général par intérim de la conférence épiscopale, lisant le message des évêques du Congo.
© RFI/Sonia Rolley

L’Eglise catholique avait suspendu sa participation au dialogue national. La conférence épiscopale a livré ce vendredi son opinion sur l’accord politique signé mardi entre la majorité et une frange de l’opposition, qui prévoit la présidentielle pour au mieux avril 2018. Elle appelle à de nouvelles discussions entre les participants au dialogue et le rassemblement de l’opposition, estimant que les divergences actuelles ne pouvaient être que source de nouvelles violences.

Les évêques avaient rencontré les uns et les autres. Ils relèvent chez eux de trop grandes diverges et trop peu de positions communes. Ils appellent les acteurs de la crise congolaise à aplanir leurs divergences pour l’intérêt supérieur de la nation, disent-ils. Dans le cadre de discussions, quel que soit le nom qu’on pourrait leur donner, souligne le secrétaire général de la Cenco.

L’Eglise catholique au Congo livre également sa position, allant au-delà des préconisations de l’accord politique : une transition qui n’excède pas 2017, formuler en des termes précis, contraignants et péremptoires les attributions du gouvernement, du Parlement et de la commission électorale dans l’organisation des scrutins à venir.

Les évêques donnent également quatre priorités au futur gouvernement de transition : organiser les élections, garantir le respect des libertés, rétablir l’autorité de l’Etat sur toute l’étendue du territoire et améliorer les conditions de vie de la population.

L’Eglise catholique demande en outre à ce que dans un nouvel accord figure noir sur blanc que le président Kabila ne se représentera pas pour un troisième mandat. Dernière préconisation : que l’ONU soit représentée au comité de suivi de tout accord politique.

Les évêques appellent enfin les Congolais à demeurer vigilants quant au respect de la vie humaine, de la Constitution, des institutions et de l’Etat, sans céder insistent-ils à la manipulation ou à la violence.

Ils ont insisté sur le fait qu’il est impérieux dans le contexte actuel de mentionner clairement dans le consensus à trouver que le président actuel ne sera pas candidat aux prochaines élections.

L’abbé Donatien Nshole
22-10-2016 - Par Sonia Rolley

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.