Republier
Éthiopie

Ethiopie: plus de 2500 personnes arrêtées dans le cadre de l'état d'urgence

Manifestation de la minorité Oromo en Ethiopie, le 2 octobre 2016.
© REUTERS/Tiksa Negeri

Les autorités éthiopiennes ont procédé à l'arrestation de plus de 2 500 personnes depuis l'instauration de l'état d'urgence à la suite de la flambée de violences de ces dernières semaines.

L’ordre règne en Ethiopie. C’est le message qu’a voulu envoyer le « poste de commande » instauré par l’état d’urgence en publiant la très longue liste des arrestations de ces derniers jours. Mille interpellations à Sebeta, une banlieue d’Addis-Abeba où des entreprises étrangères avaient été prises pour cibles, 1 500 arrestations de plus dans différentes localités de la région Oromo où le poste de commande assure qu’un grand nombre de « bandits » se sont rendus et que des milliers d’armes ont été saisies.

Une cinquantaine d’arrestations ont eu lieu également en région Amhara, l’autre foyer de contestation dans le nord du pays où la police a visé des commerçants « pour déni de service » parce qu’ils refusaient d’ouvrir leurs boutiques et des enseignants qui ont appelé à la grève. Autant d’actions illégales par l’état d’urgence.

Un état d’urgence pour l’instant efficace puisqu’aucun incident sérieux n’a été signalé dans les régions Oromo et Amhara depuis son instauration il y a 15 jours.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.