Amisom: Bujumbura dénonce le blocage des fonds de l'UE au contingent burundais

Des soldats burundais de l'Amisom patrouillent en territoire somalien (octobre 2013).
© ABDI DAKAN / AU-UN IST PHOTO / AFP

Le gouvernement du Burundi était resté discret jusqu'ici sur la décision de l'Union européenne de ne plus faire transiter les salaires des 5 500 soldats du contingent burundais déployés au sein de l'Amisom en Somalie - soit quelque 5 millions d'euros par mois - par les caisses de l'Etat en raison des sanctions que l'UE a pris contre ce pays de la région des Grands lacs. Mais après le blocage des fonds par l'UE depuis mars 2016 et la décision de l'UA de reporter le déploiement de troupes fraiches, Bujumbura a réagi très vigoureusement, ce vendredi 21 octobre. Le premier vice-président burundais, Gaston Sindimwo, accuse Bruxelles de chercher une nouvelle fois à semer la division entre le pouvoir et son armée et le mécontentement au sein des troupes. Il dénonce une fois de plus une oeuvre de nuisance.

C'est un geste qui est dans la continuité de la déstabilisation de la République du Burundi.

Gaston Sindimwo
22-10-2016 - Par Esdras Ndikumana

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.