Republier
Côte d'Ivoire

Côte d'Ivoire: ouverture de la campagne du référendum sur la Constitution

Les partisans du oui à la nouvelle Constitution dans le Stade Houphouët-Boigny à Abidjan, le 22 octobre 2016.
© REUTER/Luc Gnago

A huit jours du référendum sur la nouvelle Constitution, la campagne a débuté ce samedi en Côte d’Ivoire. Chacun des camps a réuni ses partisans. Alassane Ouattara était au Stade Félix Houphouët-Boigny pour défendre le oui à la troisième République tandis que l’opposition, qui appelle au boycott du scrutin, était elle dans son fief de Yopougon. Le texte prévoit notamment l’instauration d’une vice-présidence et d’un Sénat et veut mettre fin au concept de l’ivoirité.

La pelouse du Stade Houphouët-Boigny était plus verte que jamais. Sur les tee-shirts et les pancartes vertes, le oui était brandi par environ 10 000 partisans de la coalition au pouvoir présents.

Pour son premier meeting, Alassane Ouattara est venu sonner la mobilisation et défendre son projet de nouvelle Constitution. Un texte qui selon lui doit tourner la page des années de crise et qui a déjà convaincu ses militants.

« La première Constitution, j'étais pas encore née, et là, aujourd'hui c'est une fierté pour moi de voter pour la nouvelle Constitution ivoirienne. Vivre un moment d'histoire pour moi et pour le peuple ivoirien », explique une militante.

« Nous voulons vraiment la paix dans ce pays, la stabilité, pendant une trentaine, une quarantaine d'années, des dizaines d'années ! », renchérit un autre militant.

Mon ainé, le président Bédié, et moi-même, avons travaillé très longtemps...

Alassane Ouattara
23-10-2016 - Par Anna Sylvestre

Boycott de l'opposition

A quelques kilomètres de là, c’est une autre musique qui résonne. A Yopougon, dans ce fief de l’ancien président Laurent Gbagbo, une dizaine de figures de l’opposition sont là, unies derrière un même mot d’ordre : empêcher la tenue du référendum. Pour les 2 000 sympathisants présents, la nouvelle Constitution, c’est non.

« Nous ne sommes pas d'accord pour que l'on joue avec la Constitution de notre pays, nous sommes là pour dire non à Ouattara, non à sa Constitution », confie une militante de l'opposition. « Nous on voit en cela la manipulation d'Alassane Ouattara pour se maintenir au pouvoir après son deuxième mandat », poursuit un militant.

L’opposition ivoirienne a appelé au boycott du référendum du 30 octobre prochain. Le taux de participation sera ainsi un enjeu majeur de ce scrutin.

On ne peut tourner la page de la décennie de crise sans avoir construit une armée nouvelle...

Mamadou Koulibaly, le président du parti LIDER
23-10-2016 - Par Anna Sylvestre

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.