Sahel: dans une vidéo, l’otage roumain enlevé en 2015 demande sa libération

En avril 2015, un expatrié roumain a été enlevé dans le nord du Burkina Faso.
© Google Map

En avril 2015, un expatrié roumain a été enlevé dans le nord du Burkina Faso, à la frontière avec le Niger et le Mali, par les jihadistes du groupe al-Mourabitoune dirigé l'islamiste algérien Mokhtar Belmokhtar. Cet otage est apparu dans une vidéo diffusée ce lundi. Il demande à son gouvernement de tout faire pour le libérer. La vidéo aurait été enregistrée fin septembre et a été découverte par SITE, le centre américain de surveillance de l'internet jihadiste.

Cette nouvelle vidéo ne dure quelques secondes, on y voit Iulian Ghergut les traits tirés, la barbe fournie. Il se présente en français, affirme être en bonne santé et déclare que la vidéo a été tournée le 21 septembre 2016. Il adresse un message à sa famille et au gouvernement roumain pour qu’il fasse « tout ce qui est possible pour (le) faire libérer ».

C’est la deuxième vidéo qui présente l’otage roumain. La première avait été diffusée en août 2015. La différence c’est qu’il y avait alors trois combattants masqués derrière lui et qu’un message était adressé à son employeur, la Pan African Minerals, une société minière dont il gérait la sécurité.

Iulian Ghergut est tombé dans une embuscade le 4 avril 2015 près de Tambao dans le nord du Burkina Faso. Le rapt avait été revendiqué dans un message audio de Abou Walid Sahraoui qui a depuis pris ses distances avec al-Mourabitoune et Aqmi pour se rapprocher du groupe Etat Islamique.

Ce mardi, le ministère roumain des Affaires étrangères confirme l’identité de l’otage, mais n’authentifie pas encore la vidéo. En Roumanie, le sort de Iulian Ghergut ne fait pas vraiment les gros titres. Une cellule de crise internationale travaille pourtant depuis un an et demi à sa libération.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.