RCA: le numéro 2 de l’ONU en visite à Bangui

Vue aérienne de Bangui, RCA.
© Getty Images/ Michael Fay

Le numéro 2 de l'ONU était en visite à Bangui, ce mercredi. L'occasion d'évaluer la situation en RCA, deux semaines avant la conférence des donateurs qui aura lieu à Bruxelles. Jan Eliasson a d'abord été reçu par le président, Faustin-Archange Touadéra, dans la matinée. Il a ensuite pris la parole, à l'Assemblée nationale, devant les députés pour réaffirmer le soutien de l'ONU, et pour évoquer, également, la sécurité en Centrafrique au moment où les casques bleus de la Minusca sont les cibles de nombreuses critiques.

Très attendu sur la question sécuritaire, Jan Eliasson a été interpellé par le président de l’Assemblée nationale Karim Meckassoua, sur la recrudescence des violences et les difficultés des casques bleus à les enrayer, notamment à Kaga-Bandoro il y a trois semaines. Sur ce point, le numéro 2 de l’ONU a eu notamment cette phrase : « Nous avons tiré les leçons de ces événements douloureux et nous ferons tout ce que nous pouvons pour prévenir la répétition de telles atrocités ».

A la sortie, le député URCA Anicet Georges Dologuélé, chef de file de l’opposition, estime en tout cas que le message des députés est passé : « Personne ne peut sous-estimer l’action de la Minusca. Nous sommes là, en paix, parce qu’eux et les forces françaises ont été là. Mais comme les violences reprennent, nous n’avons pas envie de retomber dans l’état dans lequel était le pays avant leur arrivée. C’est pour cela qu’il est important que ces forces soient plus offensives. Et c’est ça que la représentation nationale a demandé à travers notre président ».

Jan Eliasson a réaffirmé aussi l’engagement des Nations unies à être aux côtés des autorités centrafricaines, notamment à la Conférence des donateurs qui aura lieu à Bruxelles le 17 novembre. Un rendez-vous important pour Bertin Béa, député du KNK : « Il faut qu’on crée des conditions de développement pour garantir la vraie sécurité durable au peuple centrafricain. Et nous fondons beaucoup d’espoir par rapport à la table ronde de Bruxelles. C’est vraiment crucial. C’est un tournant crucial dans la vie socioéconomique, politique, sécuritaire de notre pays ».

A Bruxelles, au cours d'une conférence organisée par l'UE en collaboration avec le gouvernement centrafricain et avec le soutien de la Banque mondiale et l'ONU, celle-ci présentera un plan de relèvement de la Centrafrique élaboré avec le gouvernement, l’Union européenne et la Banque mondiale.

La conférence des donateurs à Bruxelles est une question de vie ou de mort pour ce pays. Il faut qu’en avançant sur le front de la sécurisation du pays, que nous avancions aussi sur le plan du relèvement économique pour que cet Etat soit viable, pour qu’il ait les moyens de sa politique. C’est pour ça que la Conférence de Bruxelles n’est pas un exercice banal.

Martin Ziguélé
03-11-2016 - Par Pierre Pinto

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.