Bénin: comparution en flagrant délit devant le tribunal pour Sébastien Ajavon

L'homme d'affaires béninois Sébastien Ajavon.
© CHARLES PLACIDE / AFP

Au Bénin, le sort de Sébastien Ajavon est en train de se jouer. Le tribunal doit en effet se prononcer ce vendredi 4 novembre 2016 sur les suites judiciaires de la garde à vue du chef du patronat béninois. L'homme d'affaires, arrivé troisième à la présidentielle de mars, a passé sept nuits à la brigade de gendarmerie de Cotonou. Il a été arrêté après la découverte de 18 kg de drogue dans un conteneur destiné à sa société.

Sébastien Ajavon comparait devant le tribunal correctionnel de Cotonou ce vendredi. Une comparution en flagrant délit avec les trois personnes placées, comme lui, en garde à vue depuis vendredi dernier. Le procureur de la République de Cotonou a donc choisi de renvoyer le dossier devant le tribunal correctionnel.

L’audience publique a débuté vers 10 h ce matin, mais personne, y compris la presse, n’a été autorisé à pénétrer dans l’enceinte du palais de justice. Le portail est gardé par des militaires.

D’après nos informations, 27 avocats sont présents dans la salle d’audience pour défendre l’homme d’affaires qui a été transféré très tôt ce vendredi matin depuis la brigade de gendarmerie de Cotonou. Une décision qui a surement été prise pour éviter que ses partisans ne soient là.

Actuellement devant le tribunal, c’est très calme. Il y a une petite foule de supporters, mais qui s’est dispersée vers les rares coins d’ombre, car il fait très chaud à Cotonou.

Un syndicaliste bien connu au Bénin a essayé d’entrer un peu plus tôt, entraînant avec lui un petit cortège de sympathisants de Sébastien Ajavon qui brandissaient son portrait et scandaient « Libérez Sébastien Ajavon ». L’entrée du palais de justice se trouve juste en face de la présidence, où le Conseil des ministres se tenait ce vendredi.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.