Ouganda: manifestation contre la fermeture d'écoles à bas coûts

Des écoliers, des professeurs et leurs parents ont manifesté à Nsumbi contre la fermeture d'écoles de Bridge international academies.
© RFI / Gaël Grilhot

La justice a décidé vendredi 4 novembre la fermeture immédiate des écoles de Bridge international academies, des écoles grand public où les frais de scolarité sont réduits, financées notamment par le milliardaire Bill Gates et Mark Zuckerberg. Une décision qui intervient alors que l'université de Kampala a elle aussi été fermée cette semaine. Bridge international academies en Ouganda, c'est 63 écoles et 12 000 enfants, selon les chiffres de l'organisation. Samedi 5 novembre, une opération était menée dans l'école de Nsumbi en périphérie de la capitale contre cette fermeture.

Près de 200 personnes, parents, enfants et professeurs, sont venues à l'école de Nsumbi pour manifester leur mécontentement. Malgré les critiques du gouvernement contre ces structures, Maryam maman de 3 enfants semble satisfaite.

« Avec cette école, je peux payer les frais de scolarité. Je peux me le permettre même si je gagne peu d'argent, dit-elle à RFI. Cette école est bien, ils leur donnent les bases académiques. Les enseignants sont compétents. Maintenant qu'ils vont fermer les écoles Bridge, je n'espère même pas pouvoir envoyer mes enfants dans une autre école pour l'instant. Les écoles privées sont chères et dans celles du gouvernement on ne prend pas soin des enfants. »

Standards

Le gouvernement affirme que ces structures ne rentrent pas dans les standards ougandais, ce que dément Dawn Mulondo, une représentante de Bridge international academies.

« Quels que soient les standards dont ils parlent, c'est exactement ce que les parents contestent, explique-t-elle. Il y a des toilettes, le gouvernement dit qu'il n'y a pas d'eau courante alors qu'il y a de l'eau courante. Ils disent que nous avons des bâtiments semi-permanents, mais en vérité cela fait partie des standards du ministère. Donc, en réalité, nous suivons les standards actuels prescrits par le ministère. »

L'organisation a décidé de faire appel du jugement.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.