RDC: les manifestations des militants UDPS dispersées par la police

Photo d'illustration. Le nouveau siège de l'UDPS à Limete, RDC.
© RFI/Sonia Rolley

En République démocratique du Congo, l’UDPS, parti d’opposition, a appelé ce samedi 5 novembre à un rassemblement à Kinshasa contre le président Kabila et sa volonté supposée de s’accrocher au pouvoir. Le rassemblement a été interdit par les autorités. La police est massivement déployée sur le lieu de la mobilisation et devant la résidence du leader de l’opposition historique, Etienne Tshisekedi.

Des gaz lacrymogènes ont été tirés pour disperser les militants qui se sont rassemblés près du domicile de l’opposant Etienne Tshisekedi. Le porte-parole de la police a été clair : tout rassemblement de plus de dix personnes sera dispersé.

Et pour cause : le gouvernement provincial a interdit toute manifestation jusqu’à nouvel ordre, malgré l’appel des Nations unies à respecter la liberté de manifester.

Les attroupements autour du lieu où devait se tenir le meeting ont également été dispersés. La police y est déployée en nombre et sur les lieux des matchs de football que la police interdit de filmer. « Ce sont des militaires et des policiers en civil qui font semblant de jouer », ont dit des opposants qui surveillent le déploiement des forces de sécurité.

Nous regrettons de voir que la police a envahi notre siège de l'UDPS et plusieurs sièges appartenant à l'opposition pour que ces derniers ne puissent pas aller manifester comme il est prévu.

Réactions de manifestants
05-11-2016 - Par Sonia Rolley

Renforcement des patrouilles 

La Monusco avait promis de renforcer ses patrouilles et c’est le cas. Une patrouille a été prise à partie par des militants de l’UDPS à côté du domicile d’Etienne Tshisekedi. « La police encercle le domicile du président, c’est ça qu’ils appellent préserver la démocratie ? Ils ne font rien », a rapporté un militant qui bloquait le véhicule de l’ONU.

Le secrétaire général de l’UDPS dit que la Monusco a bien fait son travail, mais doit faire plus de pression.

Une communication de la police accuse par ailleurs la mission onusienne d’avoir transporté des cadres de ce parti d’opposition pour permettre la tenue d’un point de presse chez le président de l’UDPS.


A l'attention des auditeurs : le signal de RFI est coupé sur 105 FM, fréquence de Kinshasa, mais continue d'émettre sur 93.2 FM, la fréquence de Brazzaville. Nous vous prions de nous excuser pour ce désagrément. Toutes les fréquences en ondes courtes sont à retrouver sur ce lien.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.