Guinée Bissau: Ellen Johnson Sirleaf à la rescousse pour sortir de la crise

De gauche à droite, Ernest Bai Koroma, président du Sierra Leone et ses homologues du Liberia, Ellen Johnson Sirleaf, et de Guinée, Alpha Conde, lors du sommet de l'Union du fleuve Mano, à Conakry, le 1er août 2014.
© REUTERS/Saliou Samb

Après le président guinéen Alpha Condé, médiateur de la crise, et son homologue de Sierra Leone, fin septembre, c’est la présidente de la conférence des chefs d’Etat de la Cedeao, et présidente du Liberia, Ellen Johnson Sirleaf, qui est arrivée samedi à son tour à Bissau. Sa visite s’inscrit dans le cadre des négociations visant à trouver une solution de sortie de la crise politico-institutionnelle que traverse la Guinée-Bissau depuis plus d’un an.

La venue d’Ellen Johnson Sirleaf n’a pas permis de voir encore le bout du tunnel, même si le président de la Commission de la Cedeao, Marcel Alain da Sousa, croit dur comme fer que les signataires de l’accord respecteront leurs engagements. « Le président a pris la décision historique de nommer rapidement un Premier ministre. Il doit pouvoir le faire. A propos des divergences d’interprétation, nous nous sommes entendus. Nous avons rencontré les différentes parties et l’accord doit être intégralement appliqué. Nous partons donc confiants », a-t-il déclaré à RFI.

Aucun des trois noms sortis du chapeau lors de la rencontre de Conakry le 15 octobre dernier n’émerge encore pour occuper le poste de Premier ministre. Aucun consensus n’a jusqu’ici pu être obtenu, rappelant que le futur Premier ministre doit être consensuel et avoir la confiance du président José Mário Vaz.

Face à cette impasse, un groupe de manifestants a exprimé bruyamment devant le Palais où se tenait la concertation, le ras-le-bol d’une population désemparée. Les manifestants réclamaient également la dissolution de l’Assemblée nationale et l’organisation des législatives anticipées.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.