Republier
Mali ONU

Mali: attaque contre un convoi de la Minusma

Un Casque bleu de la Minusma (Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation du Mali, à Tombouctou, le 19 septembre 2016.
© SEBASTIEN RIEUSSEC / AFP

Au Mali, au lendemain de la mort d'un militaire français dans l'explosion d'une mine dans le nord du pays, une nouvelle attaque a cette fois-ci visé la mission de l'ONU déployée dans le pays. Un casque bleu est mort, sept autres ont été blessés, dont trois se trouvent dans un état grave. 

L'attaque a eu lieu au nord de la ville de Douentza, près du village de Bambara Maoudé, dans le centre du pays. Un convoi de l'ONU, a priori logistique et escorté par des casques bleus, a sauté sur une ou plusieurs mines. L'explosion a aussitôt été suivie de rafales d'armes automatiques, les assaillants attendaient, en embuscade, le passage des véhicules. Les militaires ont immédiatement répliqué, ouvrant le feu sur les assaillants, qui ont pris la fuite.

L'ONU a déployé ses hélicoptères d'attaque, mais au vu de la situation sur le terrain, ils ont porté assistance aux blessés. Selon la Minusma, un casque bleu togolais est décédé peu après l'arrivée des renforts, sept autres militaires sont blessés, dont trois dans un état grave. Ils ont tous été transportés à Tombouctou. Aucun bilan n'est pour l'instant disponible du côté des assaillants.

La Minusma évoque une attaque « complexe ». Dans le centre et le nord du Mali, cette stratégie d'embuscade à l'aide de mine est de plus en plus utilisée par les groupes armés terroristes. La porte-parole de la Minusma, Radhia Achouri, exprime l'inquiètude la mission de l'ONU face à une résurgence de l'activité terroriste dans la région de Mopti. « Ce n'est pas un nouveau mode opératoire, on a déjà subi ce type d'attaque auparavant dans différentes régions. Mais ce qui nous inquiète surtout, c'est le fait que depuis le déploiement de la Minusma au Mali, c'est la deuxième attaque qui se passe dans la région de Mopti. Ce qui confirme une tendance que nous avons relevée l'année dernière d'une résurgence et d'une croissance des activités des mouvements terroristes et des mouvements criminels dans la région de Mopti », souligne-t-elle. 

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.