Republier
RDC Médias

RDC: la FM de RFI toujours coupée à Kinshasa, la société civile réagit

Kinshasa, la capitale de la RDC, où la FM de RFI est coupée depuis la nuit du 4 au 5 novembre.
© Wikimedia/Moyogo

En RDC, le signal de RFI est toujours coupé à Kinshasa, mais il a été rétabli ce dimanche soir à Lubumbashi. Le signal de la Radio Okapi, la radio de l'ONU, est toujours brouillé dimanche soir dans la capitale.

Les représentants de la société civile congolaise dénoncent une atteinte au droit à l’information. « Nous condamnons avec la dernière énergie et nous demandons au gouvernement de rétablir rapidement la situation de ces deux radios qui sont foncièrement au service de la population congolaise, qui par leurs émissions, font participer toutes les tendances à un débat transparent et un débat de société sur le processus électoral », a déclaré à RFI Maître Georges Kapiamba, qui coordonne 33 ONG de défense des droits de l'homme.

Depuis presque deux jours, la FM de RFI est interrompue à Kinshasa. Egalement coupée à Lubumbashi, elle n’a été rétablie dans cette ville que ce dimanche soir. Le signal de Radio Okapi est toujous brouillé dimanche soir. « Ça porte gravement atteinte à la liberté de la presse, mais ça porte aussi atteinte au droit à l’information qui est garanti aux populations congolaises tant par la Constitution de la RDC que les instruments juridiques internationaux ratifiés par cette dernière », dénonce Maître Georges Kapiamba.

« Une violation manifeste des droits et libertés fondamentaux »

Maître Sylvain Lumu, secrétaire exécutif de la Ligue des électeurs, déplore quant à lui « une restriction délibérée de l’expression citoyenne ». « Il y a des revendications démocratiques par les citoyens, mais de l’autre côté, il y a une restriction délibérée de l’expression citoyenne à travers les différents droits acquis qui sont pourtant consacrés par la Constitution de la République, en l’occurrence le droit à l’information et à la liberté d’expression », constate-t-il. « Le contexte voudrait un maximum de consensus pour éviter ce genre de confrontation qui amène à la violation manifeste des droits et libertés fondamentaux. »

La coupure du signal de RFI et le brouillage de celui de Radio Okapi sont intervenus samedi 5 novembre alors qu’était prévu ce même jour à Kinshasa un rassemblement de l’opposition, interdit par les autorités. La police s’est massivement déployée sur le lieu de la mobilisation et devant la résistance du leader historique de l’opposition, Etienne Tshisekedi.

L'ARPTC renvoie au ministère de la Communication

Paroles d'auditeurs à Kinshasa
07-11-2016 - Par Sonia Rolley

Interrogé par Radio Okapi, Thomas Luhaka, ministre des Postes et Télécommunications, dit avoir « saisi » l’Autorité de régulation des postes et télécommunications (ARPTC) qui, selon lui, est habilitée à résoudre ce problème. Joint par RFI, le service communication de l'ARPTC renvoie lui au ministère de la Communication.

RFI regrette la coupure de son signal à Kinshasa et demande son rétablissement.

De son côté le porte-parole du gouvernement congolais également ministre des Médias, Lambert Mende, donne des explications. Selon lui, RFI a été coupée surtout pour avoir relayé un message de l'opposition « défiant les mesures de sécurité et d'ordre public prises par autorités ». Des autorités qui jugent l’affaire « sérieuse », précise Lambert Mende.

Concernant le brouillage des ondes d'Okapi, le porte-parole du gouvernement explique que la radio de l'ONU a un statut particulier et qu'elle dépend du ministère des Affaires étrangères et pas de celui des Média.

Via les ondes courtes et l'internet

Pour les auditeurs qui ont encore des radios qui captent les ondes courtes, sachez que RFI diffuse toujours en RDC entre 4h et 9h Temps Universel, entre midi et 13h TU et entre 18h et 20h TU. Les fréquences sont à retrouver en cliquant ici.

La radio est aussi disponible sur application via les téléphones portables

La Monusco a déploré samedi cette interruption des programmes, au lendemain de déclarations du représentant spécial demandant le respect de la liberté de manifestation et d'expression. Le bureau conjoint des droits de l'homme de l'ONU en RDC a estimé que couper les fréquences de RFI et Radio Okapi était contraire à la Déclaration universelle des droits de l'homme, à la liberté d'expression et au droit à l'information.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.