Republier
Maroc COP22

Marrakech a fait une toilette verte pour accueillir la COP22

Une soixantaine de chefs d'Etat et de gouvernement viendront le 15 novembre soutenir les négociateurs de Marrakech qui commencent leurs travaux le 7 novembre.
© REUTERS/Youssef Boudlal

Il y a moins d’un an la COP21 réunissait 25 000 participants et des milliers de journalistes près de Paris au Bourget. Autre rendez-vous pour la planète, la Cop22, la 22ème Conférence des Nations unies sur le climat, s'est ouverte ce lundi matin au Maroc. Pour accueillir les quelque 30 000 délégués, la ville de Marrakech s'est transformée en un temps record en une cité «éco-responsable». Une mutation qui fait grincer quelques dents au Maroc où certains regrettent que les sommes investies n'aient pas profité à l'éducation ou encore l'emploi.

C'est sous la pluie que s'est ouvert ce matin ce rendez-vous international, signe de bon augure au Maroc, alors que le pays connaît une sécheresse inhabituelle, signe du réchauffement climatique selon certains.

Vélos en accès libre, éclairage public à l’énergie solaire, mosquées labélisées « vert »... Marrakech en l’espace de quelques mois s’est transformée en chantre de l’économie d’énergie, une ville verte qui s’est équipée entre autres d'une vingtaine de bus municipaux fonctionnant à l’électricité, mis en service pour un marché de près de 600 millions d’euros.

La COP 22 s'ouvre à Marrakech: écoutez le focus de notre envoyée spéciale
07-11-2016 - Par Anne-Cécile Bras

Marrakech a dû, conformément aux exigences des Nations unies, faire de cet événement un rendez-vous ne générant aucune énergie carbone. Mais la volonté affichée est allée plus loin, faire de Marrakech une ville vitrine, moderne et co-responsable, porteuse d’un message clair. Une métropole d’un pays en développement capable de mobiliser les dernières technologies en faveur de la protection de l’environnement. Une ville qui entend faire de la lutte contre le changement climatique un levier de développement.

Mais de leur côté les internautes s’amusent de cet élan écolo, déplorant parfois qu’il faille un évènement comme la COP22 pour que les efforts de modernisation soient déployés au Maroc. Des efforts qui devraient, lit-on sur les réseaux sociaux, être d’avantage dirigés vers un meilleur accès, à l’éducation, à l’emploi ou encore à la santé. Ainsi, pendant les manifestations de protestation qui ont suivi la mort dramatique, le 28 octobre, du jeune vendeur de poissons Mouhcine Fikri pouvait-on lire sur certaines pancartes : « Bienvenue à la COP22, ici on broie les gens ». 

Un dispositif de sécurité hors normes a été mis en place pour accueillir la réunion. Plus de 20 000 membres des forces de l’ordre supplémentaires ont été dépêchés pour l’occasion à Marrakech d'autant que plus de trente chefs d'Etat participeront à ce rendez-vous.

à (ré)écouter ou (re)lire :

L'émission C'est pas du vent du 6 novembre consacrée à la COP22

Un programme de financement pour rendre les hammams «écologiques»

Le Maroc adopte un projet de loi pour interdire les sacs plastiques

 

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.