Madagascar: le Village de la francophonie prêt à accueillir le sommet

Vue d'Antananarivo, le 4 mai 2016.
© Jabin Botsford/The Washington Post via Getty Images

Les travaux du centre de conférence et du Village de la francophonie sont terminés en périphérie d’Antananarivo. Le rendu est prévu pour ce vendredi 11 novembre. Débutés en septembre, les travaux ont été un défi pour les entreprises de construction pour finir dans les temps. Les ouvriers ont travaillé jour et nuit pour pouvoir sortir de terre les infrastructures qui accueilleront les participants au sommet de la Francophonie dans 10 jours. Une centaine d’éléments des forces de l’ordre seront présents pour assurer la sécurité, sans compter la vidéo-surveillance et les militaires dont la présence devrait être plus discrète. Toutefois, un flou entoure toujours les partenariats publics-privés mis en place pour la réalisation de ces projets et la question du financement reste sans réponse.

Il y a deux mois et demi c’était un terrain vague. Jusqu’à 1 000 ouvriers ont travaillé de jour comme de nuit sur ce chantier, dans la précipitation. Aujourd’hui les bâtiments flambants neufs s’élèvent sur 2,5 hectares de terrain, comme l’explique Ntsoa Randriamifidimanana, nommé maire du Village de la francophonie : « En fin de compte, il y a deux parties : le village où on hébergera tous les pays qui sont de l’OIF, des restaurants aussi, et dans la deuxième partie il y aura les boxes des artisans. »

Pour le marché artisanal, 98 boxes ont été construits. Côté Village de la francophonie, neuf grands bâtiments climatisés attendent les pays qui ont répondu présents. « Par exemple, poursuit Ntsoa Randriamifidimanana, le Maroc a pris 22 stands, c’est un bâtiment en entier. La France a pris dix stands. »

Après le sommet, le site deviendra un centre d’exposition destiné à accueillir des salons et des foires. Mais en dehors de la Seimad, entreprise immobilière publique qui est en charge des travaux, on ne sait toujours pas qui fera partie du consortium qui aura la gestion du lieu, ni d’ailleurs qui, public ou privé, a investi et combien dans ce projet. Comme pour les autres opérations liées à la préparation du sommet de la Francophonie, les questions de financement et de gestion des marchés restent opaques.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.