Republier
Ouganda

Le nombre de réfugiés en Ouganda explose

Dans la zone 5 du camp de Bidi Bidi, le 10 novembre 2016.
© RFI/Gaël Grilhot

Avec la reprise de la crise au Soudan du Sud, le nombre de réfugiés en Ouganda explose. Les populations civiles fuient les combats entre les forces loyalistes de Kiir et les hommes de Machar, ainsi que ce que qui ressemble de plus en plus, selon l’envoyé spécial de l’ONU, à des meurtres ciblés, notamment dans la région de Yei, à moins d’une centaine de kilomètres à vol d’oiseau de la frontière ougandaise. Plus de 230 000 arrivants en trois mois. Devant cet afflux de réfugiés incessant - 22 000 la première semaine de novembre - un camp est en cours de construction : Bidi Bidi. Il a accueilli les premiers arrivant début août et accueille déjà plus de 210 000 personnes. C’est déjà l’un des plus grands camps au monde. Reportage.

Dans la zone 5, un bulldozer bataille encore contre la brousse. Le centre d’accueil dans cette zone n’est ouvert que depuis quelques jours. Des abris temporaires sont en cours de construction. 

L’un des défis majeur à Bidi Bidi est l’accès à l’eau. Aujourd’hui, des camions citernes transportent chaque jour plus d’un million de litres d’eau. Mais ce n’est pas assez. Il faut plus de puits mais cela prend du temps, explique John Paul Owiny ingénieur en génie civil pour la Croix-Rouge :

Reportage dans le 3e plus grand camp de réfugés au monde
12-11-2016 - Par Charlotte Cosset

On creuse, puis installe la colonne, on teste la pompe. Après avoir testé la pompe, on installe l’unité complète de la pompe afin de pouvoir extraire l’eau du trou. Donc creuser une pompe manuelle prend en moyenne 7 à 10 jours. Mais pour un système motorisé cela peut prendre 1 à 2 mois ».

En Ouganda, chaque réfugié reçoit une parcelle de terre pour s’installer. Dans la zone 1, on trouve les premiers arrivés, ils ont commencé à construire des habitations en dur. Mais dans la zone 5, les réfugiés ne sont là que depuis peu. Faustin est arrivé il y a trois jours, il est charpentier de profession, et aide ses nouveaux voisins à construire des abris temporaires.

« Nous avons peu de raisons de nous plaindre. Quand vous êtes sous un arbre comme ça, vous acceptez ces abris pour vous protéger. Quand il pleut comme en ce moment, si la pluie vous rattrape, c’est vraiment dur, mais ces abris, ça nous protège bien », dit Faustin.

Bidi Bidi sort de terre au grès des flux de nouveaux arrivants. La création d’une zone 6 est déjà envisagée.

 

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.