Republier
Zimbabwe

Zimbabwe: files d’attente devant les banques

A Harare, les files d'attente devant les banques s'allongent (ici, le 15 septembre 2016) avec la pénurie de liquidités qui s'aggrave.
© REUTERS/Philimon Bulawayo

Au Zimbabwe, les queues s’allongent devant les banques du pays alors que le gouvernement s’apprête à émettre des billets d’obligation. La Banque centrale va émettre à partir de la fin du mois de novembre quelque 75 millions de dollars en billets d’obligations pour enrayer la crise de liquidités. Une annonce qui ne rassure pas du tout la population.

Devant les banques, des dizaines de personnes attendent pour retirer de l’argent. Le Zimbabwe – qui utilise le dollar américain depuis l'effondrement de sa propre devise il y a 7 ans – est à court de liquidité. Et les banques ont restreint les retraits à 50 dollars par personne par jour.

L’annonce de l’introduction de billets d’obligation d’ici la fin du mois n’a fait qu’accentuer la crise. Les Zimbabwéens se souviennent du crash de leur devise nationale, explique l’analyste Vince Musewe : « Les gens veulent retirer un maximum d’argent maintenant avant que les billets d’obligation ne soient mis en circulation, car ils craignent de ne pas pouvoir récupérer leur argent après. Ils ont peur que le gouvernement fasse tourner la planche à billets comme en 2008. S’ils impriment trop de billets d’obligation, la valeur du dollar augmentera, et pour avoir un dollar il faudra payer 10 billets d’obligation, au lieu d’avoir une parité 11. »

Pour Musewe, l’introduction de note d’obligations n’est qu’une solution temporaire au manque de liquidité. Le fond du problème est que le pays qui ne produit quasiment plus rien est obligé de tout importer, et de payer en dollars.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.