Les Comores célèbrent la «Journée Maoré» pour l'intégrité territoriale

Panneau revendiquant l'appartenance de Mayotte aux Comores, à Moroni. (Photo d'avril 2016).
© RFI/Anne Cantener

Les Comores célébraient samedi 12 novembre le 41e anniversaire de leur accession à l’ONU en tant qu’archipel de quatre îles. En réalité, elles ne sont que trois, Mayotte étant restée sous administration français après un référendum au cours duquel les Mahorais ont voté à plus de 90% pour rester français. Le 12 novembre donne lieu aux Comores à la «Journée Maoré», du nom comorien de l’île dont la France a depuis fait un département.

Le « Comité Maoré », qui œuvre depuis dix ans pour le retour de Mayotte au sein des Comores, a lancé un appel étonnant aux autorités comoriennes par le biais de son président Ali Abdou Elaniou : utiliser Daech comme levier des négociations. « De laisser les choses en l’état comme ça, nous courons le risque de voir Daech surgir. Et nous serons incapables après de maîtriser les événements. Le risque est très grand parce que Daech recrute toujours dans l’armée de réserve des jeunes chômeurs et nous en avons pas mal, des jeunes qui ne connaissent rien de l’islam juste le b.a.-ba et encore. La France doit négocier, estime-t-il. Elle peut choisir de ne pas négocier, elle négociera peut-être avec Daech. »

Le gouvernement comorien mise davantage sur le dialogue même s’il prend la mesure de la tâche, comme l’indique Mohamed Bacar Dossar, le ministre des Relations extérieures. « Les gens veulent des solutions immédiates. Lors de la rencontre qu’il y a eu entre le président Azali et le président Hollande dernièrement, la question a été évoquée. La partie comorienne n’est pas restée amorphe. Elle n’est pas restée inactive, mais concrètement et précisément, c’est une décision française qui doit être prise. Quand le problème est compliqué, on le résout avec le temps qu’il faut », souligne-t-il. 

L’administration de l’île comorienne de Mayotte coûte régulièrement à la France des amendes conséquentes à l’ONU.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.