Republier
Éthiopie

Ethiopie: plus de 11500 personnes arrêtées depuis le début de l'état d'urgence

Rassemblement Oromo en Ethiopie, le 2 octobre 2016.
© REUTERS/Tiksa Negeri

En Ethiopie, le nombre d'arrestations dans le cadre de l'état d'urgence dépasse les 11500 personnes. Un chiffre massif qui illustre l’ampleur de la répression du mouvement de contestation antigouvernementale.

Depuis l’instauration de l’état d’urgence il y a un mois, 11 607 Ethiopiens ont été placés en détention. Jusqu’ici les autorités éthiopiennes ne reconnaissaient que 2 500 arrestations. Le chiffre montre l’ampleur de la reprise en main après les semaines de violences qui ont fait trembler le régime.

Ces arrestations se concentrent dans les régions Oromo et Ahmara là où la contestation est la plus forte, ainsi que dans la capitale Addis Abeba. Les autorités ont également publié une longue liste des motifs de détention qui va du saccage de bâtiments à l’érection de barrages sur les routes, en passant par les mouvements de grèves, interdits sous l’état d’urgence.

A (RE)ECOUTER → Ethiopie: pourquoi la colère des Oromos ?

Le gouvernement éthiopien a aussi indiqué il y a une dizaine de jours avoir libéré quelque 2 000 personnes arrêtées lors de manifestations antigouvernementales, après avoir fait l’objet de séances d'« éducation » et de « conseils ».

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.