Kenya: la fermeture du camp de réfugiés de Dadaab repoussée de six mois

Vue du secteur est du camp de réfugiés somaliens de Dadaab, au nord de Nairobi, la capitale kényane, le 28 avril 2015.
© AFP PHOTO/Tony KARUMBA

Le gouvernement kényan a annoncé mercredi 16 novembre reporter de six mois la date de fermeture du camp de Dadaab, le plus grand camp de réfugiés au monde. Cette annonce fait suite à une requête du Haut Commissariat de l'ONU pour les Réfugiés (HCR). La fermeture était prévue initialement fin novembre.

« Je souhaite annoncer que le gouvernement a accepté la demande de repousser de six mois la date limite pour l'achèvement du rapatriement des réfugiés somaliens et la fermeture du complexe de Dadaab », a déclaré mercredi 16 novembre à la presse le ministre kényan de l'Intérieur Joseph Nkaissery. « Le rapatriement se poursuivra de façon humaine, digne et en sécurité », a ajouté le ministre.

Situé près de la frontière avec la Somalie, Dadaab abrite actuellement quelque 280 000 réfugiés, selon l’ONU. Il s’agit de Somaliens en très grande majorité ayant fui depuis 1991 la guerre civile, les exactions des islamistes radicaux et des sécheresses à répétition.

Une question de sécurité nationale, selon le gouvernement

Le gouvernement kényan avait pris de court les réfugiés, les agences humanitaires, l'ONU et les partenaires occidentaux du Kenya en annonçant le 6 mai sa décision de fermer Dadaab à la fin novembre.

Pour justifier sa décision, le gouvernement kényan avait mis en avant la sécurité nationale, affirmant que c'est là qu'avaient été planifiées les attaques des islamistes somaliens shebab contre le centre commercial Westgate à Nairobi en 2013 et l'université de Garissa en 2015.

Le gouvernement kényan fait tout en son pouvoir pour pousser les Somaliens à rentrer chez eux: il en fait même trop, selon les défenseurs des réfugiés. Les militants dénoncent une politique de « refoulement » : le fait de renvoyer un réfugié dans son pays d'origine contre son gré. Une pratique ce qui serait illégal au regard du droit international depuis 1951.

 

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.