L'archevêque de Bangui devient le premier cardinal de l'histoire de la RCA

Le pape François embrasse le nouveau cardinal centrafricain Dieudonné Nzapalainga pendant la cérémonie, samedi 19 novembre 2016, à la basilique Saint-Pierre.
© REUTERS/Stefano Rellandini

Dix-sept nouveaux cardinaux rejoignent le collège des hommes en pourpre. Ils sont 228 au total, mais la moitié d'entre eux âgés de moins de 80 ans ont le droit d'élire un nouveau pape. Parmi ces nouveaux cardinaux, deux Africains et à 49 ans le plus jeune d'entre eux est l'archevêque de Bangui Mgr Dieudonné Nzapalainga. Reportage.

Avec notre correspondant au Vatican, Olivier Bonnel

C’est en latin, comme le veut la tradition que le pape a énuméré le nom de ces 17 nouveaux membres qui ont rejoint le Sacré collège, parmi lesquels 13 électeurs en cas de conclave.

En remettant la pourpre à l’archevêque de Bangui, François en fait le plus jeune des « princes de l’Eglise » à seulement 49 ans. Le pape a voulu remercier cet évêque de terrain, inlassable artisan de paix dans son pays. Un honneur que le nouveau cardinal prend avec humilité :

« Moi, je ne prends pas ça comme du mérite ou autre chose. Je prends ça comme un appel, un don que le Seigneur fait, pas pour moi, mais au peuple centrafricain qui depuis souffre, qui depuis aspire à la paix. Le pape est venu visiter ce pays pauvre et il appelle maintenant un fils pauvre d’un pays pauvre pour l’aider dans sa mission que le Christ a laissée à Pierre. A travers lui, c’est un signal fort pour les pauvres aussi de par le monde. »

Dans son homélie, le pape a déploré que « la polarisation et l’exclusion » soient souvent conçues comme l’unique façon possible de résoudre les conflits. Les différences, a-t-il souligné, sont transformées alors en « symptômes d’hostilité, de menace, et de violence. »

Des mots qui pourraient s’appliquer parfaitement à la Centrafrique. Ce consistoire a provoqué une grande joie chez les 200 Centrafricains qui avaient fait le déplacement au Vatican.

→ A (ré) écouter : Mgr Dieudonné Nzapalainga: en Centrafrique, «tout le monde attend le pape» (Invité Afrique)

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.