RDC: manifestation de l'opposition «empêchée»

Etienne Tshisekedi et sa femme arrivent pour la cérémonie d’hommage aux militants UDPS morts lors des violences de septembre en RDC, le 1er novembre 2016.
© RFI/Sonia Rolley

Les forces de sécurité l’avaient promis. Ils se déploieront pour empêcher le meeting prévu par Etienne Tshisekedi. Le vieux leader de l’UDPS est bouclé chez lui. Accès interdit à sa résidence. Le lieu du meeting était lui aussi occupé.

Le lieu du meeting était lui aussi occupé, comme lors du meeting avorté du 5 novembre. Bouclage de la police et des équipes de football qui occupent l’espace triomphal où devait se tenir le meeting du rassemblement de l’opposition.

Mais cette fois, ce sont des joueurs femmes. Le commissaire provincial de la police les observe, assis sur une chaise sur le côté, entouré par ses hommes. « C’est le tournoi de la non-violence, je vais moi-même remettre la coupe », lance le général Kanyama.

Aux environs de 10h, l’heure prévue pour le début du meeting, les motards de la police et un pick-up font des tours sur l’esplanade, les sirènes à fond, ils paradent littéralement. Dans les environs, des jeunes militants de l’UDPS s’agacent : ils nous empêchent de revendiquer nos droits, c’est vraiment la dictature, protestent-ils. Mais il n’y a pas de tentatives de regroupement.

La résidence d’Etienne Tshisekedi est sous bonne garde. Des camions de police de part et d’autre. Ce lieu comme d’autres est « isolé », comme le dit la police nationale congolaise. La police militaire est aussi déployée dans les fiefs du vieux leader de l’opposition comme à Mombele, des picks-up passaient au ralenti. « Ils cherchent à intimider nos militants », expliquait un cadre de l’UDPS.

Le secrétaire général de l’UDPS se refusait à dire samedi matin que le meeting était annulé. « Il a été empêché », martelait-il, promettant une conférence de presse d’Etienne Tshisekedi. Quand les journalistes ont fini par être autorisés à accéder la résidence du vieux leader de l’opposition, ce dernier ne s’est pas présenté.

Finalement, le Rassemblement de l’opposition a fait une déclaration, affirmant déclencher le compte à rebours de la fin du mandat de Joseph Kabila et dénonçant l’interdiction de manifester et les arrestations dans ses rangs.

Un dispositif sécuritaire renforcé et intensifié a été visible sur le terrain...

Colonel Mwanamputu Empung, porte-parole de la police nationale.
20-11-2016 - Par Anne Cantener

 

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.