Exclu RFI: témoignage de l’arrestation de l’une des épouses de Belmokhtar

Mokhtar Belmokhtar, dans une vidéo non datée et diffusée, après le 16 janvier 2013.
© REUTERS/Belmokhtar Brigade/Handout

Une source au ministère de l'Intérieur libyen, à l'est de la Libye, a confirmé à RFI l'arrestation dimanche 20 novembre, de la femme du terroriste Mokhtar Belmokhtar, chef du groupe al-Mourabitoune qui fait partie d’Aqmi, et qui était donné plusieurs fois pour mort. Il s'agit d'Asma' Keddoussi, Tunisienne de Sidi Bouzid. Sa photo et des photocopies de son identité ainsi qu'un faux passeport qu'elle possédait ont été publiés sur internet par le ministère de l'Intérieur libyen. Elle était venue à Darna, ville où al-Qaïda est puissante, pour accoucher. Oussama Werchfani, chef de la brigade de la direction libyenne générale pour la lutte contre le terrorisme, a participé à sa capture. Témoignage.

Oussama Werchfani, chef de la brigade de la Direction libyenne générale pour la lutte contre le terrorisme qui dépend du ministère de l'Intérieur au gouvernement intérimaire de l'est de la Libye, raconte l’arrestation de Keddoussi, femme de Mokthar Belmokhtar : « Nous les avons arrêtées à 100 km au sud de Darna (ville à l'est de la Libye, ndlr), nous avons fouillé la voiture et nous avons commencé à les questionner. Elles ont dit qu'elles étaient Libyennes mais elles étaient confuses et n'avaient pas l'accent libyen. Chaque femme était accompagnée d'un enfant, la première avait une gamine de 40 jours, et l'autre une fille de trois ans. Nous avons senti sur leur corps les ceintures explosives et nous les avons désactivées. Nous pensons qu'elles ne les ont pas actionnées à cause des enfants. Nous avons aussi confisqué les téléphones portables. Jusqu'à cet instant, les informations en notre possession disaient qu'elles étaient des simples femmes terroristes. Nous ne savions pas qu'il s’agissait de la femme de Belmokhtar. Nous l’avons appris à l'interrogatoire. »

« Une des deux femmes a avoué que Belmokhtar est dans un camp d'entraînement à Aljofra (au sud de la Libye dans le désert, ndlr) avec le terroriste Ziad Balaam, un des dirigeants du groupe terroriste les Brigades de défense de Benghazi (groupe qui combat l'armée de Haftar à Ajdabya et à Benghazi, ndlr) et que Belmokhtar était toujours en vie il y a quatre mois. Dans les téléphones, nous avons trouvé en dossiers tous les livres qui portent les idées d'al-Qaïda et des photos terroristes. Elle a avoué qu'elle vit depuis quatre ans entre la Libye et l'Algérie. Elles possédaient deux passeports. Elle était mariée deux fois auparavant avec des hommes d'al-Qaïda qui ont trouvé la mort. »

Keddoussi serait recherchée en Tunisie pour crimes terroristes. Mais les autorités tunisiennes contactées par RFI n'ont pas souhaité réagir. Elle constitue une mine d'information car elle serait en rapport étroit avec plusieurs dirigeants d'Aqmi au nord de l'Afrique, affirment les autorités libyennes. Elle a notamment assuré que Mokhtar Belmokhtar qu'elle avait vu il y a 4 mois était toujours bien vivant et qu'il était au sud de la Libye.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.