Sommet afro-arabe à Malabo: l'Afrique en quête de partenaires

Malabo, capitale de la Guinée équatoriale.
© Wikimedia Commons/Frokor

Les chefs d'Etat africains et des pays du Conseil économique du Golfe se retrouveront ce mercredi à Malabo, en Guinée équatoriale, lors de la 4e édition du sommet de l’Union africaine et du monde arabe. Au cœur des travaux de la soixantaine de délégations présentes : les questions économiques, en particulier la coopération et le développement durable.

Lors de la précédente édition en 2013 qui se tenait au Koweït, les Etats du Golfe avaient promis à l'Afrique un milliard de dollars d'ici 2018 dans le cadre du Fonds koweïtien de développement économique. Cette fois, les Etats africains et du Golfe semblent vouloir aller au-delà des déclarations de principes et tirer profit du potentiel du continent.

Avant l'ouverture du sommet, il y a eu pour la première fois des rencontres entre les ministres des Affaires étrangères et ceux de l'Economie, des Finances et du Commerce. Objectif : accélérer la mise en œuvre des décisions prises lors du dernier sommet au Koweït en 2013 sur le renforcement des liens économiques et politiques. Ainsi, un mécanisme financier arabo-africain pour accélérer les flux de capitaux arabes vers l'Afrique a été en discussion lors de ces rendez-vous.

L’Afrique, un continent attractif pour les pays du Golfe

Même s'il est récent, l'intérêt des pays du Golfe pour le continent est fort. Au moins 10% des investissements dans les infrastructures ces dix dernières années sur le continent sont le fait des pays du Golfe. Quant à l'Afrique, elle a besoin de diversifier ses partenaires commerciaux.

Les chefs d'Etat devraient appuyer le rôle du secteur privé dans le commerce, les infrastructures, les communications, les transports, l'énergie et l'agriculture. Le président nigérian Muhammadu Buhari va ainsi chercher à renforcer les partenariats dans ces secteurs à travers l'octroi de prêts concessionnaires à long terme et des transferts de compétences avec le Golfe.

La lutte contre le terrorisme, le fonds d'urgence en cas de catastrophe ou encore la problématique migratoire seront aussi au cœur des débats à Malabo.