Sahara occidental: l'autoproclamée RASD juge le Maroc «isolé»

Le Sahara Occidental.
© (Carte : S. Borelva / RFI)

La République arabe sahraouie démocratique (RASD) juge le Maroc isolé dans son action de se retirer mercredi 23 novembre du sommet Afro-Arabe qui s'est tenu à Malabo en Guinée équatoriale. Selon le ministre des Affaires étrangères de la République sahraouie autoproclamée, si le Maroc compte intégrer l'Union africaine, il doit accepter de siéger avec les représentants de la RASD.

Le Maroc a quitté le sommet Afrique - Monde Arabe, mercredi 23 novembre, en Guinée Equatoriale. Le royaume proteste contre la présence de représentants du Front Polisario, qui milite pour l'indépendance du Sahara Occidental, une zone que le Maroc considère comme faisant partie de son territoire.

Le ministre des Affaires étrangères de la République autoproclamée considère que si le Maroc compte intégrer l'Union africaine, il doit accepter de siéger avec les représentants de la RASD. 

On a vu que le Maroc, contrairement à ce qu'il prétend, était complètement isolé sur la scène africaine et même sur la scène arabe. Les exigences du Maroc de ne pas siéger à côté de la République sahraouie est une exigence inacceptable pour le continent africain, et même pour beaucoup de pays arabes. Du moment qu'il veut siéger dans l'Union, le Maroc doit savoir que la République sahraouie est membre de l'Union africaine. Ensuite, le principe de l'intangibilité de frontières héritées de l’époque coloniale qui était une décision de la défunte Organisation de l'Unité africaine (OUA), prise au Caire en 1964, est devenu un principe fondamental de l'Union africaine. Il est inscrit dans l'acte constitutif, article 4B, où il évoque le respect scrupuleux des frontières existantes à l'indépendance. Ce qui fait que le Maroc nage à contrecourant. L'essence même de l'unité africaine et de l'Union africaine est la libération de l'Afrique. Il se trouve que le Sahara occidental est la dernière colonie africaine.
Mohamed Salem Ould Salek, ministre sahraoui des Affaires étrangères
24-11-2016 - Par RFI

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.