#IVD: les Tunisiens les yeux dans les yeux pour témoigner sur la dictature

Parmi les 50 000 dossiers triés, 32 types de violations ont été répertoriées.
© (Avec L'aimable autoristation d'Inkyfada)

C'était en Tunisie, il y a tout juste une semaine : disparitions forcées, viols, tortures, des victimes de la dictature ont témoigné en direct à la télévision. Il s'agissait des toutes premières « audiences publiques » organisée par l'IVD, l'Instance Vérité et Dignité. Comme en Afrique du Sud, cette commission est en charge de la justice transitionnelle. Depuis, les réseaux sociaux continuent de faire résonner cet événement.

De notre correspondante à Tunis,

Chaque jour sur le web, des internautes tunisiens reviennent sur ces auditions publiques organisées par l'IVD, l'Instance Vérité et Dignité, en partageant notamment des extraits de vidéos. Ces témoignages détaillés, poignants, parfois crus, de l'histoire du pays, ont bouleversé les Tunisiens. «Au delà de l'immense peine que nous ressentons à l'écoute de ces terribles temoignages, nous pouvons être fiers d'avoir brisé le silence sur des décennies d'horreurs et d'humiliations », écrit par exemple une jeune femme.

Parmi les 50 000 dossiers triés, 32 types de violations ont été répertoriées. © (Avec L'aimable autoristation d'Inkyfada)

Ecouter les témoignages des victimes

Jamais de tels récits d'exactions ou de tortures n'ont eu droit à une telle résonnance médiatique : pendant deux soirées, pendant plus de 4h d'affilée, plusieurs chaînes de télévisions et de radios ont diffusé ces témoignages. « Le fait que le principal instrument de propagande de l'Etat, la télévision nationale, accepte de diffuser en direct les témoignages de citoyens ayant subit les pires humiliations, constitue en soi une énorme victoire contre la banalisation et l'oubli de cette abjection », écrit le caricaturiste tunisien Z.

Ces auditions ont donc permis d’entendre le récit d’une quinzaine de victimes des régimes de Bourguiba et de Ben Ali. Il s'agit de récits d'opposants politiques, de syndicalistes, d'islamistes ou de mères de martyrs de la révolution de 2011 (Lire le témoignage en français de l'une des victimes, Gilbert Naccache). Au final, ces récits, ajoutés les uns aux autres, permettent donc de reconstituer une histoire parfois méconnue. Le principal objectif, c'est d'abord de donner une voix aux victimes. « Elles ont été baillonnées pendant des années », explique l'IVD, il faut donc leur rendre justice... et simplement, les écouter.

Les Tunisiens, yeux dans les yeux

La cible de ces auditions, c'est évidemment le public, l'ensemble des Tunisiens. Et là, l'objectif est clair, ces auditions permettent de révéler les « vérités sur des violations systématiques et massives commises entre 1955 et 2013 ».Ces témoignages sont donc comme une piqûre de rappel, une sorte de prise de conscience généralisée pour éviter le retour de ces pratiques. Et ce qui est marquant dans ces auditions, c'est que les victimes ne semblent pas animées par un « désir de revanche ». Elles appellent leurs anciens tortionnaires à venir s'expliquer.

C'est d'ailleurs l'objectif des prochaines auditions publiques, qui auront lieu le 17 décembre, une date symbolique, puisque c'est la date de l'immolation de Mohamed Bouazizi, qui avait déclenché en 2010 le début de la révolution tunisienne. Lors de ces prochaines auditions, l'IVD annonce que des bourreaux seront appelés à témoigner. A priori, il s'agit de Tunisiens impliqués dans des affaires de corruption. Mais à terme, l'IVD espère faire venir des auteurs de violations des droits de l'homme pour qu'ils s'expliquent, et qu'ils demandent pardon aux victimes.

Pour en savoir plus :

Le webdocumentaire du magazine web tunisien Inkyfada pour tout savoir sur les 62300 dossiers déposés auprès de l'IVD 

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.