Dossiers chauds, absences: ce qu'il faut savoir sur le sommet de la Francophonie

Dans une rue d'Antananarivo, le 24 novembre 2016.
© GIANLUIGI GUERCIA / AFP

Le XVIe sommet de la Francophonie s’ouvre ce samedi 26 novembre à Antananarivo. Entre vingt et trente chefs d’Etat et de gouvernement sont attendus dans la capitale malgache. Ils discuteront d’une douzaine de thèmes pouvant donner lieu à des résolutions : des mariages forcés au dialogue interculturel, en passant par la sécurité routière et la prévention de la radicalisation. Mais un certain nombre de dossiers qui fâchent seront aussi abordés dans les discours.

  • Qui sera là, qui ne sera pas là ?

C'est à chaque fois la même question. Cette année, il y aura certes des poids lourds de l'OIF, mais aussi des absences remarquées, et peut-être pas seulement pour des raisons d'agenda.

Parmi les poids lourds attendus ce samedi matin à Antananarivo, il y a le Français François Hollande, qui va fouler le sol malgache pour la première fois de sa vie, le très médiatique Canadien Justin Trudeau. Autres figures incontournables de la francophonie pour l’Afrique de l’Ouest, le Sénégalais Macky Sall, le Nigérien Mahammadou Issoufou, le Burkinabé Roch Marc Christian Kaboré et le Togolais Faure Gnassingbé. Et pour l’Afrique centrale, le Tchadien Idriss Déby, le Gabonais Ali Bongo et le Centrafricain Faustin-Archange Touadéra.

A priori, sauf surprise de dernière minute, le Camerounais Paul Biya, qui suit de très près la situation dans l’ouest anglophone de son pays, ne viendra pas ; le Congolais Denis Sassou-Nguesso non plus. Est-ce à cause de son bras de fer avec François Hollande lors de la bataille d’il y a deux ans pour la succession d’Abdou Diouf ? Possible. A l’époque, le président congolais était aussi de ceux qui n’avaient pas applaudi le discours du président français contre les changements de Constitution.

Autre absent de marque, le Congolais Joseph Kabila. A moins, bien entendu, que l’un ou l’autre de ces chefs d’Etat n’arrive in extremis à Madagascar.

  • Les dossiers qui fâchent et les autres

Comme à chaque sommet, la question de l’adhésion de certains Etats fera partie des dossiers sur lesquels les chefs d’Etat auront à statuer. Cette année la province canadienne de l’Ontario, l’Argentine et la Corée du Sud demandent le statut d’observateur, la Nouvelle-Calédonie, celui de membre associé.

Mais une demande d’adhésion suscite l’embarras dans les couloirs du sommet : celle de l’Arabie saoudite. Alors que parmi les projets de résolutions soumis cette année figure la création d’une entité pour la promotion de l’égalité homme-femme, la candidature de Riyad font grincer des dents jusqu’au secrétariat général de l’OIF. En juin, le Conseil permanent de la Francophonie a diplomatiquement estimé le dossier de Riyad incomplet. Même réticence de la conférence ministérielle mercredi dernier. Le dernier mot reviendra donc aux chefs d’Etat.

A (RE)ECOUTER → Sommet de la Francophonie à Madagascar: entretien avec Michaëlle Jean

Les crises et situations de crises figureront dans la déclaration finale et dans certains discours. Des crises politiques qui n’ont pas manqué ces derniers mois : Burundi, Gabon, RDC, Congo-Brazzaville notamment. Certains chefs d’Etat auraient toujours en travers de la gorge le discours de François Hollande à Dakar en 2014 fustigeant les manipulations constitutionnelles pour rester au pouvoir.

Plus consensuelles, les crises sécuritaires, alors que les pays de l’espace francophone confrontés au terrorisme islamiste sont de plus en plus nombreux. La lutte contre le terrorisme sera dans les discours. D’ailleurs un projet de résolution sur la prévention de la radicalisation sera étudié.

  • Un sommet franco-malgache très attendu

La visite de François Hollande est très attendue dans la Grande Ile, car les relations entre les deux pays sont souvent passionnelles. Quand il y a une crise à Madagascar, la France est souvent accusée, à tort ou à raison, de tirer les ficelles : pour ou contre Marc Ravalomanana ? Pour ou contre Andry Rajoelina ? Mais depuis l'élection démocratique d'Hery Rajaonarimampianina, il y a trois ans, les relations entre Madagascar et la France sont beaucoup plus apaisées, et le tête-à-tête prévu ce samedi entre les deux présidents sera sans doute à dominante économique.

Depuis longtemps, la France est le premier client de Madagascar, elle lui achète notamment des produits textiles. La France est aussi, derrière la Chine, le deuxième fournisseur de la Grande Ile. Et ce que tous les Malgaches attendent de François Hollande, c'est qu'il encourage les investisseurs français et européens à revenir dans la Grande Ile. Evidemment, le président français demandera en contrepartie un véritable effort dans la lutte contre la corruption.

Il y aura aussi pendant cette visite française un moment symbolique important. Samedi après-midi, François Hollande devrait se recueillir à Antananarivo devant le monument aux morts de la guerre de 1914-1918. Beaucoup de tirailleurs malgaches sont morts dans les tranchées, et de bonne source, François Hollande pourrait évoquer à cette occasion le drame des dizaines de milliers de nationalistes malgaches massacrés par l'armée coloniale française en 1947. S'il a lieu, ce geste mémoriel serait une première.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.